JÉRÔme Lemay & Jean LApointe rockent la barraque!

Pour sa seconde émission, nous devions recevoir le charismatique André Lejeune, un des patriarches du rock n roll québécois. Petit pépin, M. Lejeune ne put se joindre à nous et nous décidâmes illico de dédier une heure entière aux pionniers du rock n roll en compagnie d’Éric Ayotte (Commissaire d’exposition) et Alex Taylor (Chercheur/consultant/rédacteur-en-chef anglophone) du Musée du Rock n Roll du Québec. Et quelle heure ce fut!

 

La première exposition du Musée, D’Elvis aux Beatles La naissance du Rock n Roll au Québec 1956-1964 De Marcel Martel aux Jaguars, se poursuit jusqu’au 9 juillet au Centre Pierre Péladeau de Montréal (300 Boulevard de Maisonneuve Est). Suivant le succès des premiers jours de l’exposition, Le Gala des Immortels (réunissant Arthur Cossette des Jaguars, Ralph Angelilo des Mégatones, Léo Benoit, Fuad and the Fezztones et beaucoup d’autres légendes sous la direction de Sunny Duval) fut promptement reporté au 18 septembre prochain. Un happening de cette envergure mérite qu’on en paufine tous les menus détails et Mondo P.Q. vous y convie sans retenu!

 

1) Henri Richard & Indicatif Mondo P.Q.

2) Léo Benoît – Le rock n roll dans le lit (1958)

MICRO

3) Les Jérolas – Méo Penché (1960)

4) The Beaux-Marks – Clap your hands (1960)

5) André Lejeune – Qu’est-ce que le rock n roll (1956)

MICRO

6) Claude Atkins & les Million-Airs – Viens chérie (1963)

7) Carmen Déziel – Sois pas cruel (1956)

8 ) Pierre Laurendeau – De Québec à Montréal (1965?)

MICRO

9) Les Rythmos – Frisette fais pas ça (1959)

10) Fernand “Le Barman” Lafèche – Faut pas qu’tu t’énarves (1960)

MICRO

11) Claude Léveillé – La froide Afrique (1973)

 

MONDOPQ PODCAST 15062011 by Mondo P.Q.

Partagez

2 Commentaires

Concernant l’usage du joual chez les rockers de cabaret (!),puis-je suggérer qu’il s’agit possiblement de fantaisistes,qui utiliseraient le joual d’un point de vue humoristique?

Sinon,Don’t be grouille d’Oscar Thiifault,ca date de quand?Presque aussi mignon que Carmen Deziel…

Oui. Ce que je proposais en ondes toutefois, c’est que l’arrivée du rock n roll bénéficiait du joual pour adapter son interprétation. On ne pouvait rocker dans un “français parfait”, il fallait que la langue soit aussi maléable et dynamique que ce nouveau rythme! ; )

Laissez un commentaire