Beatlettes mk1b copy

Les Beatlettes mk1, 1964 (collection Diane Gouin, Beatlettes mk2).

Au lendemain de la Journée Internationale de la Femme, nous vous avons préparé une heure en compagnie de pionnières du rock’n’roll, d’auteures-compositrices exceptionnelles et de voix parmi les plus singulières de la scène québécoise. Place aux femmes! Bonne écoute! 

Le Mouvement de Libération de la Femme – Quand les hommes seront libérés (Le Diable Musicien; 1974?)

Collaboration des chanteuses Margot Lefebvre, Pierret Beauchamp et Monique Saint-Onge, sous la direction de Pierre Nolès. Ce premier simple publié sur a toute nouvelle étiquette de Nolès fut publié pour coincier avec l’Année Internationale de la Femme, tel que décrété par l’ONU en 1975. Le ton semble similaire à celui adapté par la revue de Clémence Desrochers, Les Girls (1970). Merci à Peter Gunn, un ami et auditeur américain francophile, du blogue Tête Carrée pour la découverte!

sweetsomethings1Irene McNeil – Rock a Beatin’ Boogie (Rusticana; 1958)

Une des premières dames du rock’n’roll québécois! Tout comme Carmen Déziel ou Michèle Sandry, cette artiste issue de la scène des cabarets adopte le nouveau son de la jeunesse et compose quelques titres fort accrocheurs (Le Rock’n’Roll du Père Noël). Lisez son histoire et écoutez d’autres extraits de sa discographie sur le blogue Vente de garage.

Jacline Guy – M’amuser (Rusticana; 1964)

Adaptation d’un des premiers 45 tours de Sylvie Vartan. Cette version offre plus de mordant grâce aux arrangements de GeorgesTremblay.

Les Beatlettes – Reste encore (Jeunesse Franco; 1965)

Premier simple de la première mouture du premier groupe féminin québécois qui incluait à ses débuts Denise Payette, Claire Fugère, Hélène Dugay, Claudette Flaubert et Mimi Jourdan.

Les Planètes – Mon ami noir (Vedettes; 1968)

Avec Hélène Duguay (ex-Beatlettes), Margie Duplessis, Linda Duncan & Rosy Lang. Elles se rebaptisent The Sweet Somethings l’année suivante et pressent le rare album Hold on! The Sweet Somethings are coming! qui incluait une reprise en anglais de leur simple Mon ami noir, rebaptisée He’s my soul baby.

Lori Zimmerman & the Vegetable Band – 60 Minute Man (Pye/Sweet Plum; 1973)

Le dernier simple de Zimmerman en solo, une voix déjà réputée à l’époque sur la scène montréalaise, toujours en demande pour des choeurs sur de nombreux albums. Pressé ici ainsi qu’en Angleterre, avec le Vegetable Band (membres inconnus).

Like Young LP

Shirleen Lee – Don’t Mess with Bill (RCA Camdem; 1967)

Reprise des Marvelettes tirée de l’album Like Young, l’émission jeunesse de CFCF 12 (CTV) dans les années 60, animée principalement par Jim MacKenna et Diane Dickinson. Lee remporte le concours annuel de la saison 1965-1966 pour ensuite rejoindre le groupe The Avalons et préparer la suite sur disque… mais curieusement, on perd la trace de cette interprète suivant la parution de cette compilation. Si vous avez des informations à son sujet, écrivez-nous.

Christine Charbonneau – Les enfants du paradis (London; novembre 1969)

6e simple pour une de nos plus imposantes auteure/compositrice/interprète. Au cours des décennies 60 et 70, elle adapterait et cosignerait de nombreuses chansons pour Michel Louvain, Renée Martel, France Castel, Ginette Reno, Renée Claude et même la française Sheila.

carol_breval

Carole Breval, la voix de Guillotine. Aidez-nous à la retracer!

Guillotine – Hands of Children (Ampex; 1972)

Soul Rock avec Carole Breval (chant), Paul Morin, Le Gros Pierre et six autres musiciens. Anciennement connu sous le nom The Market Place, groupe similairement cuivré qui pressa un simple sur Polydor en 1969. Relisez la brève entrevue de Morin sur le blogue Patrimoine PQ.

Zylan – Le Changement (Columbia; 1973)

Avec Peter Fraser (Keyboards), Donnie Hann (Bass), Blaine Murphy (Guitar), Helene Bolduc (Vocals), Andy Davis (Drums), Steve Annan (Guitar) Replaced Murphy, Dave Skinner (Drums) Replaced Davis, Real Pelletier (Vocals), Harold Tsistinas (Sax), George Wilson (Trumpet) & Dave Miller (Trumpet).

Blue Oil – I Blow You a Kiss (Blue Oil; 1982)

Sensation pop new wave de la scène montréalaise. Le groupe constitué de Manon Asselin, Manon Fatter (co-auteure du récent livre Véronique Sanson), Marie-Christine Thiboutot & Cari Jones ne publia qu’un mini-album de 4 titres en pressage privé et attend toujorus d’être réédité. À redécouvrir!

 

Partagez

5 Commentaires

Irène McNeil est née à Montréal le 30 mars 1928. Elle débute en duo avec sa soeur Florence en 1948. Les deux soeurs se produisent également en solo. Irène McNeil est constamment en demande dans les cabarets de la grande région de Montréal et de Québec entre 1950 et 1965. Elle s’est produite plusieurs fois à la Casa Loma ainsi que Chez Émile à Québec, ce qui témoigne de sa très grande popularité. Sur disque, elle a enregistré dix 45 tours et 2 albums, mais la télévision l’a toujours boudée (comme tous les artistes de cabaret à cette époque). Elle a pris sa retraite en Floride au début des années 1970 et a fait l’objet d’une soirée hommage au cabaret La Cravate blanche de Claude Blanchard en juillet 1978.

Fantastique, merci! À tout hasard, savez-vous si elle est toujours vivante?

Elle aurait bientôt 86 ans. Je ne sais pas si elle est encore vivante. Et petite correction: c’est ONZE 45 tours qu’elle a enregistrés entre 1957 et 1967. Peut-être que Jacline Guy (qui a eu 82 ans le 29 janvier dernier) aurait des informations sur Irène McNeil. Elles ont fréquenté les mêmes cabarets à la même époque. Jacline Guy réside au Chez-Nous des Artistes rue Beaubien depuis 2007.

Blue Oil = un 45 tours et un mini-album (vers 86)

Laissez un commentaire