Ungava avec chose, bine & André Devito.

Ungava avec Richard Fortin, Jacques Marois & André Devito.

Pop progressive, space rock, jazz rock, krautrock, anti-Rock… le Prog a généré bon nombres de genres et étiquettes depuis les années 70. Le Québec fut l’un des nombreux berceaux du rock progressif dès la toute fin des années 60 (avec le groupe The Medium en 1969 notamment) et à la manière de notre identité nationale métissée serrée, les formations d’ici s’abreuvaient des influences traditionnelles, rock, jazz pour créer le son du Quebec sound. Plusieurs artistes s’entendent pour affirmer que le rock progressif était présenti comme LE son du Québec d’il y a 40 ans, celui qui faisait vibrer le coeur de tous les collectifs identitaires… avant que le folk ne l’emporte.

Vous entendrez ces influences ça et là dans la prochaine heure, mais surtout du talent brut et catégoriquement original. On remettra ça, c’est certain. Bonne écoute!

L'Album d'Ungava, aussi disponible en 8-Pistes!

L’album d’Ungava, aussi disponible en 8-Pistes!

Excubus – Teeth (ProgQuébec; 1974/2008)

Originellement nommé Incubus, la formation existe entre 1970-1974 et fut en quelques sortes ressucitée sur disque par l’étiquette ProgQuébec dans les années 2000.Teeth fait partie de 4 titres enregistrés en 1974 dans les légendaires studios français Strawberry.

Ungava – Hors d’Eden (Disques 36; 1977)

Avec l’album de William D Fisher, Ungava a enregistré un de mes disques favoris du genre au Québec: un habile mélange de folk éthéré et de rock boréal aux envolées légèrement jazzes. C’est honnête, solide, sans artifice. Ungava était un trio formé d’André Devito (guitariste hyper talentueux et ex-membre du groupe psychédélique Le Clan 91), Jacques Marois (percussions, voix) ainsi que Richard Fortin (basse, voix) auquel s’ajoutent aussi Martin Perron (claviers) et Maurice Bouchard (saxophone). Les bandes pour un éventuel second album ont été récemment découvertes… alors je vais en profiter pour inviter André Devito et les autres membres de la formation: si vous êtes partants, on aimerait bien revenir sur la carrière du groupe en entrevue et dévoiler au passage ces enregistrements inédits.. alors on attend de vos nouvelles!

Ungava au Pavillon Pollack, novembre 1974 (extrait de la page Facebook dédiée au groupe).

Ungava au Pavillon Pollack, novembre 1974 (extrait de la page Facebook dédiée au groupe).

Claude Léveillée – Nuit lunaire (Polydor; 1976)

Après quelques albums réalisés au côtés de l’aventureux Gérard Manset, l’infatiguable Léveillée s’associe avec une tribu de musiciens progressifs sous la direction de Michel LeFrançois (L’Infonie, Maneige, Claude Péloquin – Chants de l’Éternité) pour l’album Black sun. Chaudement recommandé et… à rééditer!

Claude Léveillée, Black sun.

Claude Léveillée, Black sun.

Pollen – Tout l’temps (Kébec-Disc; 1976)

Le groupe se solidifie en 1973 lorsque Claude «Mégo» Lemay et Serge Locat (qui quitte rapidement pour rejoindre Harmonium) rencontrent les musiciens Tom Rivest, Richard Lemoyne et Serge Courchesne. Leur unique album de 1976 (2 pressages avec des variantes au niveau de la pochette existent) est lancé au Grand Théâtre de québec alors que le groupe ouvre pour les britanniques Caravan.

edenFRONTOrient d’Ô – Amoureusement vôtre (Capitol; 1978)

Offrande légèrement tardive pour le groupe formé de Gaétan Laurendeau (guitare), Serge Fréchette (saxophone), Lorraine Blanchard (claviers), Serge Martineau (basse) et Marc Prud’homme (percussions).

Eden – Allias (Total; 1978)

Rarissime album majoritairement instrumental et dominé par les claviers et une certaine influence baroque. Les pièces Allias / La forêt ont aussi été pressées en 45 tours sur Multi-Pop. Si les membres Jean-Bernard Borja (basse, guitare, voix), Roger Boileau (claviers), Gilles Favreau (guitare) & Jean Remillard (percussions) lisent ceci, on les invite à nous contacter.

NormandThérouxBNormand Théroux – Pour communiquer (Kot’Ai; 1973)

En quittant le groupe La Nouvelle Frontière, Théroux publie un premier 45 tours à son nom. Il est clair néanmoins à l’écoute qu’il a déjà trouvé un ou plusieurs musiciens du groupe Le Match. Ces musiciens (François Leduc, Jacques Lauzon, Pierre-Yves Migneron et Gaston Brousseau) évoluaient déjà depuis un moment, aidant même Géo Giguère sur ses rarissimes 45 tours. Avec Théroux, le groupe adopte une approche plus progressive et enregistre un unique album en 1974, Légendes.

Le Match – Le vieux sorcier (Sonogram; 1974)

Petit Journal, mars 1971.

Petit Journal, mars 1971.

Av’nir – Le mirage (Trans-World; 1976)

Cette formation publia deux albums en 1976 et ce titre est extrait de leur second et plus progressif microsillon, Déclic. Le groupe réunissait Yves Lauzon (guitare), Jacques Rochon (guitare, chant), Richard Boisvert (basse) et Daniel L’Écuyer (percussions).

Toubabou – J’freak assez (Barclay; 1975)

Participe à la Trinité des groupes progressifs québécois les plus influents avec le Ville-Émard Blues Band et Contraction. C’est la communion de plusieurs talents réunis autour du percussionniste Michel Séguin: Denis Farmer, Michel Dion, Gerry Labelle, Robert Stanley, Lise Cousineau, Estelle Ste-Croix…

Partagez

6 Commentaires

excellente émission, si l’émission était un peu plus longue, vous auriez pu inclure un titre du groupe montréalaixxs et cetera en registré en 1976 au studio tempo et qui inclut la participation de Lee Gagnon. Le groupe a parfois des allures de Gentle Giant, Yes, etcétéra

Merci! En effet, j’aimerais bien un format de 90 minutes pour privilégier de plus longues pièces dans de tels moments… ; )
Et Cetera est déjà planifié pour la seconde édition. Bien visé!

Bonsoir à toi Sébastien, l’archéologue musical québécois par excellence!

Pour la seconde édition de cette fabuleuse émission de Mondo P.Q. qu’est “Provinde du Prog” (attendue depuis si longtemps il me semble!!! MILLE FOIS MERCI!!!), s’il n’est pas trop tard, j’ai pensé à certains groupes/artistes obscures de la scène progressive québécoise dont il serait intéressant d’entendre parler… Voici: Agharta (un extrait de l’album “Agharta”, 1980), Aquarelle (l’extrait “Françoise” [4:48 min ou 2:41 min pour la version 45 t.] de l’album “Sous un arbre”, 1978), Brèche (l’extrait “Marianne” [3:42 min] de l’album “Carapace et chair tendre”, 1979), Michel Madore (l’extrait “Les anges qui passent: Dialogue” [6:27 min] de l’album “La Chambre nuptiale”, 1979 ou encore, un extrait de l’album “Le Komuso à 6 cordes”, 1976) et Syncope (un extrait de l’album “Syncope”, 1980).

Aussi, d’autres groupes/artistes un peu moins obscurs comme Connivence (“Connivence”, 1977), Et Cetera (“Et Cetera”, 1976), Jacques Blais (“Thèmes”, 1975), Michel Normandeau (“Jouer”, 1979), Nébu (“Nébu”, 1978), Opus 5 (“Contre-courant”, 1976) et Pascal Languirand (“Minos”, 1978).

Et peut-être certains groupes/artistes dont il a déjà été fait mention à Mondo P.Q. comme Agapè (“Le Troisième seuil”, 1972), Bipsautru (“Chu content…”, 1978), Caramel Mou (“Caramel Mou”, 1974), Les Champignons (“Première capsule”, 1972), Demi-heure (“Demi-heure”, 1978), Frank Dervieux (“Dimention M”, 1972), Guillotine (“Guillotine”, 1971), Guy Trépanier (“Suite et début”, 1973), Lewis Furey (“The Sky Is Falling”, 1979), Man Made (“Man Made”, 1971), Neil Chotem (“Live au EL Casino”, 1979), Le Temps (“Le Temps”, 1975) et Vos Voisins (“Holocauste à Montréal”, 1971).

J’attends donc cette seconde édition avec impatience (et travaille sur une prochaine playlist dont la thématique sera assurément le prog québécois!)…

Merci Eric pour toutes ces suggestions! Il y aura une seconde édition, c’est certain! Surprise: on dévoilera une primeur PROG totalement inédite avant la fin de la présente saison.

Ah oui, j’oubliais: il y a également le fameux démo de Serge Fiori intitulé “Little Lady of Mine” enregistré avant sa période avec Harmonium, qui serait intéressant d’entendre…

Si jamais c’est LA primeur dont tu parle, prière de ne pas afficher mon commentaire. 🙂

Tiens, tiens, c’est intéressant cette histoire de démo pré-Harmonium! Je n’ai jamais entendu parlé de ce titre auparavant.

Mais… non, ce sera différent. 😉 Si je vous disais qu’on a retracé les enregistrements inédits d’un groupe québécois totalement dans les sillons de Emerson Lake & Palmer? On y reviendra!

Laissez un commentaire