Candy Green, ex-danseuse de Jeunesse d'Aujourd'hui et actrice du long métrage "Viens mon amour" (1970)

Ce n’est pas une panne d’électricité à 30 secondes de la mise en onde qui allait refroidir nos ardeurs! Oh que non! Nous avions prévu quelques précieux titres sexy et outrageusement funky et comptions bien les partager avec vous! Si vous avez syntonisé CIBL ce dimanche matin, vous avez probablement eu droit à un silence radio de quelques 6 minutes, assez pour devancer l’oeuvre de John Cage… En studio, nous n’en savions rien, mais qu’à cela ne tienne: nous avons réparé la faute et inclu les première minutes dans la balladodiffusion de cette semaine! Bonne écoute!

 

Flo de Parker & Jean-Pierre Coalier – Messieurs (1964; Franco Élite)

Ahh les hommes, croqueurs de pommes!, chantait-elle avant d’être apostrophée timidement par Coalier. Cette chanteuse n’enregistra qu’une pognée de 45 tours et cet unique album sous la direction artistique de Jean Larose.

Louise Lemire – Emmènes-moi (GAP; 1970)

Extrait sulfureux de la bande sonore du film Viens mon amour qui accompagnait à l’origine une scène amoureuse entre les personnages joués par Candy Green et le chanteur Pierre Létourneau. L’excellent groupe Érotique PQ offre sur scène depuis quelques années la version instrumentale de cette même chanson.

Les Scarabées – Un seul regard de toi (RCA Victor; 1972)

Liz Brady pré-Scarabées

Liz Brady (en haut) et Martine Bee : Les Scarabées! Photo de Psyquébélique

Lorsque les soeurs Liz Brady et Martine Bee déménagent au Québec en 1968, elles adoptent rapidement le sobriquet des Scarabées, recrutent les musiciens de Jerry de Villiers et enregistrent quelques simples pour l’étiquette Gamma avant de produire leur unique album au tournant de la décennie 70. Liz performe toujours dans les cabarets de la Floride!

Karo en 1975

Karo – Le roi d’la patate (Capitol; 1974)

Un des simples les plus funky et ludique de cette chanteuse adulée par vos animateurs! À l’image de son précédent simple de 1973 sur Capitol (J’aime l’humanité/Mon rayon de soleil), Karo biffurquerait progressivement vers une pop à saveur chrétienne afin d’exprimer sa nouvelle foi.

Le roi d’la patate, y fait des bonnes patates frites, pi c’est mon chuuuum!

Pochette illustrée pour l'unique simple de Papa Jo

Papa Jo – Oh papa (RCA; 1972)

Étrange pseudonyme que celui qu’adopte Michel Pagliaro pour ce projet parallèle, unique à sa faste carrière. On distingue nettement sa voix sur les deux faces, mais la discographie complète du chanteur semble omettre cette intriguante aventure! Pag, accepterais-tu de nous en dévoiler d’avantage?

Lewis Furey – Top Ten Sexes (Aquarius; 1976)

Lewis Furey est un des compositeurs québécois les plus méconnus des…québécois.  Et pourtant, il s’agit d’un de nos compositeurs les plus cultes. Nul n’est prophète en son pays : c’est en France que Lewis Furey à sa résidence et sa plus grande reconnaissance. Ce sont justement les français qui ont réédité tout récemment – l’année dernière pour être plus précis – ses trois albums pop/glam des années 70, dont “The Humours of”, son deuxième album de ’76 qui contient cette PERLE disco-glam “Top ten sexes” que nous vous présentons aujourd’hui. Un an plus tôt, en 1975, Lewis Furey participa à l’album “Fame à la mode” de Michel Polnareff. Dans la pièce titre, c’est Furey qu’on entend en arrière-plan, avec sa voix un peu Lou Reed et nasillarde :

http://www.youtube.com/watch?v=CFFOZGtiU4o&feature=related

Compositeur de trames sonores, Furey signera plusieurs trames de films québécois, dont L’ange et la femme, de Gilles Carles. Voici un extrait du film, avec sa musique, Carole Laure, et Lewis lui-même :

http://www.youtube.com/watch?v=WeoGYLxPbtQ

Yannick – Laisse-moi donc faire (Jeunesse; 1972)

Ce mystérieux chanteur à un seul prénom publia aussi un simple précédemment en compagnie de l’arrangeur François Carel. Roger Gagné & Louise Savard co-signent ce titre; la production est de Robert Demontigny alors que les arrangements sont de l’incontournable Jacques Crevier.

La Famille Casgrain – Allez-retour et souvenir (Barclay; 1969)

Sextet «pré-Beau Dommage» qui compmtait dans ses rangs Pierre Voyer, Jean-Guy Durocher, Guy Berthiaum, Pierre Bertrand, Michel Hinton & michel Rivard. Le groupe pressa deux simples pour Barclay entre 1969 et 1970, tous deux sous la tutelle de Louis Parizeau. Pierre Voyer enseigne toujours la musique à des élèves en théâtre alors que Guy Berthiaume est devenu le Directeur-Général de la Bibliothèque Nationale (BAnQ). Redécouvrez leur discographie complète dans cet article du blog Patrimoine PQ.

Marie-Claude – Un peu, beaucoup (Canusa; 1968)

Cette protégée de Tony Roman n’enregistra que ce 45 tours, mais bénéficia des bons soins du producteur Jean-Pierre Massiera (Maledictus Sound), alors en courte visite au Québec!

Joel Denis (Franco-Élite; 1970)

Fruit d’une judicieuse collaboration avec l’auteur-compositeur Réal Barrette qui cosigne la plupart des titres de cet album tardif du chanteur du ya-ya! Tendez l’oreille et vous comprendrez que Denis osait se réinventer pour vous prouver qu’il n’était l’homme d’un seul hit…

Géronimo & Groovy Harlem – Un vrai rêve (Ultra; 1969)

Publié simultannément avec le premier simple du groupe Les Notables (aussi sur Ultra), Géronimo est aussi intriguant qu’anonyme. Quel chanteur pouvait bien se cacher derrière ce pseudonyme apache? Groovy Harlem semble cité comme son groupe, mais nous n’avons pu découvrir aucune information à leur sujet. Écrivez-nous si vous en savez plus!

Yvon Morissette dévoile dans Pop Jeunesse (1972) les secrets de son succès radiophonique!

Yvon Morissette – Ma liberté c’est toi (Suprême; 1969)

Premier simple pressé sur la mythique étiquette Suprême (Ellison y furent publiés) pour cet animateur-DJ devenu chanteur le temps d’au moins deux simples (l’autre est sur étiquette Tribu, une sous-division de Trans-Canada). Morissette emboîte le pas vers une carrière artistique comme l’avaient tenté parallèlement les animateurs Robert «Crac!» Arcand ou Normand Fréchette (J’étudie mon grec avec les Hou-Lops).

 

Balladodiffusion du 18 septembre 2011 – Mondo P.Q. VS le Roi d’la patate by Mondo P.Q.

Partagez

6 Commentaires

Pour Pagliaro,sa toune disco c’est sous le nom de Randy Raider (tiens,ca me dit de quoi:http://exorbite.blogspot.com/search/label/Randy%20Raider)
Ca avait été confirmé par Pag lui-meme a quelqu’un qui était sur le défunt forum de pagliaro.ca.
Pag aurait aussi écrit une chanson pour Serge Blouin,”Mon Beau-frere”,ou quelque-chose du genre,selon le meme adepte du meme forum.

Merci de cette précision Martin! Pour le reste, c’est presque ça. Pag a endisqué sous le nom de Le Beau-Frère sur étiquette PAX. À moins que ce ne soit Blouin? Je devrai réécouter.. Hmmmmm

Nouvelle page facebook: CJMS 1280.
J’ai mis une de vos photos (Yvon Morissette) en indiquant la référence.
N’hésitez pas à vous joindre à ce groupe géré par Michel Corriveau.

pour Papa Jo (Pagliaro) si ce n’est pas mentionné sur son site c’est parce que ce n’est pas lui qui l’a fait mais un gars d’Ottawa, au moment qu’il l’a su (pour Papa Jo) il ne l’a pas eu le temps de l’ajouté au site car il vendait le site à Michel Pagliaro qui lui ne l’a pas mis, pourtant il a acheté le site en 2004 je crois

Correction. Ce simple sous le nom de “Randy Raider” est bel et bien listé et disponible pour l’écoute sur le site officiel de Pag!

L’épisode a été effacé. Pouvez-vous le remettre?

Merci beaucoup pour cette émission, la réécouter est encore plus intéressant.

Laissez un commentaire