SOS_nb_groupeWEB

Richard Pelletier, Daniel Breton, Jacques Pelletier & Métyvié.

L’univers singulier des pressages privés québécois n’a pas fini de révéler d’obscures formations rock au parcours aussi étonnant que méconnu de nos jours. Dans le cadre de notre seconde édition spéciale à propos des autoproductions des années 70 et 80 en compagnie de Gaétan Bricault, nous avons abordé sommairement la carrière du groupe du Bas St-Laurent Est-Ou-Est. Depuis cette diffusion, Daniel Breton et Serge Métivier, tous deux membres de la formation, ont généreusement accepté de partager leurs souvenirs et photos de cette époque et je les en remercie!

SOS_Corbeau_071981WEB

Le groupe performe “Machine à boules” pour la première fois en ouvrant du même coup pour Corbeau en juillet 1981!

SOS_toiletteWEBLe groupe fait ses débuts à Rivière-du-Loup en 1977 sous le nom de Baltazar avec Richard Pelletier (batterie), Serge Métivier (guitare) et Normand Desjardins (basse). Suite à une dispute, Desjardins est remplacé la même année par Francis Leblond (basse). À la suggestion de Métivier, le trio adopte bientôt un nouveau nom et devient le S.O.S. Rock’n’roll Band et recrute quelques mois plus tard Jacques Pelletier (claviers, trompette), frère de Richard. Sur scène, le groupe interprète majoritairement des adaptations dans la veine disco-pop. S.O.S. faisait déjà écho au tube du même titre par le groupe Abba… même que parfois, le groupe était surnommé à la blague Les Laines d’Acier.

Lorsque Leblond décide inopinément de visiter l’Europe, on a tôt fait de recruter le bassiste Daniel Breton. Métivier ajoute : À ce moment-là, le groupe s’est vraiment solidifié. Redevenu un trio depuis le départ pour l’armée de Pelletier en 1979, les musiciens décident d’effectuer un tournant définitivement plus rock et de miser davantage sur des compositions originales. Sur les affiches de l’époque, on présente les musiciens à au moins une reprise sous le nom S.O.S. Express (en référence à B.T. Express), mais le plus souvent, ce sera simplement… S.O.S. Métivier précise : Nous avons été le premier groupe à se produire au Jet Disco-Bar en plus de jouer dans différentes discothèques du Bas-St-Laurent. On a aussi accompagné Marc Desrosiers (Gagnant du concours Elvis à l’émission Les Tannants) lors d’une mini-tournée.

SOS_1978_feat_Marc_DesrosiersWEB

Le S.O.S. Rock’n’Roll Band accompagnant Marc «Elvis» Desrosiers.

EstOuEst45AAvec l’arrivée d’un quatrième membre, le guitariste Ghislain Lavoie, le son de S.O.S. se durcit, incluant maintenant des titres originaux couplées à des adaptations de chansons de Corbeau, Offenbach, ZZ Top, Foreigner, Aerosmith, Van Halen, Beatles, Rolling Stones, REO Speed Wagon, The Police ou Loverboy. Les musiciens envisagent maintenant la realisation de leur 45 premier tours et sont alors pris en charge par Daniel Pomerleau, propriétaire du disquaire de Rivière-du-Loup… Le Musicologue. C’est ce dernier qui leur permet d’enregistrer deux compositions sur une console 4-Pistes de la station de télévision locale: Comme la pluie avec au revers, Machine à boules. Pomerleau présente l’enregistrement au producteur/DJ Gaétan Richard qui accepte de repiquer et presser le 45 tours à Montréal en 1981 à raison de 2000 exemplaires. La majorité des copies sont écoulées lors des spectacles du groupe pour la modique somme de 1$.

Le 45 tours (l’unique titre sur etiquette Le Musicologue) est crédité à Est-Ou-Est, un jeu de mots discutable d’après S.O.S. Métivier explique: Le groupe a changé de nom afin de se « québéciser » au moment où on sortait notre 45 tours. Les autres musiciens voulaient un nom plus nationaliste. Ça me contrariait mais j’ai fait avec. Pour moi, ça a toujours été et ce sera toujours le S.O.S. Rock’n’roll Band… même si j’ai entièrement dessiné à la main une de nos dernières affiches sous le nom Est-Ou-Est. Nous avons joué dans des festivals ainsi qu’en première partie du groupe Corbeau à l’aréna de St-Charles en juillet 1981. Lorsque les contrats se sont faits de plus en plus rares, j’ai choisi de dissoudre le groupe pour déménager à Québec où j’ai entrepris à temps plein ma carrière de caricaturiste en public comme à la télévision. Le groupe a ainsi donné ses derniers spectacles en janvier 1982 à l’hôtel Près-des-lacs de Squatec, au même moment où était lancé son 45 tours.

SOS_session2WEB

Métyvié & Ghislain Lavoie en studio.

Machine à boules est une création de Daniel Breton & Richard Pelletier. La chanson exploite le même thème que Pinball wizard du groupe britannique The Who en se vautrant toutefois dans le stoner rock avec des mouvances progressives. On y découvre un joueur compulsif du flipper, prêt à tout donner son p’tit change pour être champion et ne pas tilter… Pour ajouter un effet dramatique à ses solos, Lavoie innove et branche sa guitare dans un module de synthétiseur Korg. Ça va vous scier!

Comme la pluie au revers, est dans un registre sonore complètement différent. Il s’agit d’une ballade signée Métyvié (nouveau nom de plume pour Serge Métivier) avec quelques lignes d’harmonica… un slow de rigueur! Cette face B tourne pendant un temps dans les stations radios, atteignant même la 15e position du palmarès d’un station radio country montréalaise. Suivant la dissolution de S.O.S., Métyvié poursuit sa carrière de musicien parallèlement à son nouveau métier de caricaturiste. Misant toujours sur les autoproductions, il enregistre en 1984 son premier album solo, Reflets d’elle (Cap Rouge: La Collection), sur lequel on retrouve une nouvelle version de la chanson Comme la pluie. L’album est enregistré à Cap-Rouge dans les studios de l’ex-membre des Mégatones, Denis Champoux. Bien qu’attribué à Métyvié, on note cependant la présence de la plupart des musiciens de S.O.S. (à l’exception de Daniel Breton) sur le long jeu.

SOS_4posters_WEB

Metyvie_Reflet_ElleMétyvié participe aussi à la populaire émission Fais-moi un dessin animée par Yves Corbeil entre 1988 et 1992 en plus de s’impliquer dans une foule d’autres productions et d’ateliers jeunesse. Il fait partie un temps des Blues Busters mais on peut de nos jours le voir sur scène au sein de la formation Le Road Blues Band. Breton joue toujours de la basse dans les alentours de Rivière-du-Loup pour le groupe Rock.ca aux côtés de son ex-comparse d’Est-Ou-Est, Ghislain Lavoie.

Si les autres musiciens du S.O.S. Rock’n’Roll Band souhaitent ajouter leur grain de sel à cette biographie ou si vous avez assisté à une prestation du groupe et souhaitez partager une anecdote, contactez-nous!

SOS_session1WEB

Métyvié, Richard Pelletier & Daniel Breton.

Partagez

4 Commentaires

Mon cher Sébastien,
tout d’abord je tiens à te souhaiter une excellente année 2016 remplie de beaux projets et te féliciter pour ton excellent travail sur les groupes qui se sont jadis produis eux-même. Toutefois, après lecture de notre biographie ( S.O.S.) j’ai noté quelques irrégularités que j’aimerais faire corriger si possible. Tout d’abord au sujet de Francis Leblond, il n’est pas déménagé en Europe, il a juste décidé d’aller faire un voyage de plusieurs semaines là-bas, mais nous , nous avions des contrats et il était clair qu’il ne voulait plus faire partie du groupe. Pour Daniel Pomelo, il faut écrire: Pomerleau, et celui-ci n’était pas un homme de télévision, mais un disquaire qui nous a aidé à produire notre disque en nous mettant en contact avec M. Gäétan Richard, producteur de disque et qui nous a permis de graver nos disques à Montréal, il avait les contacts. Pour ce qui est de Denis Champoux ( ex-mégatones ) ses studios étaient à Cap-Rouge et non dans Charlevoix. Voilà pour ces quelques corrections. Je te remercie de les faire. Ton ami Métyvié

Merci M. Métivier. J’ai corrigé ces quelques détails. J’ai aussi pensé créer une fiche pour le 45 tours du groupe sur le site discogs.com qui tente de cataloguer TOUS les disques vinyles de la planète. Ne manquaient plus que vous!

sur la derniere photo ce n’est pas Jacques Pelletier mais bien son frere Richard pelletier qui est avec Métivier et Daniel Breton

C’est corrigé.

Laissez un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.