Les Double-Pairs en coulisse de la tournée Musicorama en compagnie d’une pléiade d’artistes! Sauriez-vous tous les nommer?

Rien de tel que des primeurs et de récents coups-de-coeur découverts au récent Salon du Disque de Montréal pour réchauffer ce dimanche d’automne. Bonne écoute!

Serge Deyglun – Les rebuts aux déchets (Pepsi Cola; 1970)

Chansonnier de la première heure, comédien et défunt mari de Jeannine Sutto qui participa à une campagne publicitaire écologique pour Pepsi Cola entre avril et septembre 1970. Les Sinners adapteront sa chanson « Retour des chantiers » en 45 tours sous le titre « La ballade du bûcheron ». Sa passion pour l’environnement le pousse à soutenir diverses causes. Il milite pour l’épuration des eaux et tourne le documentaire Massacre des innocents, produit par l’ONF en 1965 et qui dénonce la chasse aux bébés phoques pour leur fourrure. Il reste un environnementaliste convaincu jusqu’à son décès en 1972. La Fédération québécoise de la faune créera un prix en son honneur peu de temps après son décès. (source: Panthéon)

Georges Giguères – Frappe des mains (DSP; 1970)

Sous le nom de plume «Géo Giguère», ce journaliste de la contre-culture fit sa marque de la fin des années 60 aux années 80 en misant sur des artistes aussi marginaux que lui. Avec son joual coloré, il transposait habilement sur papier (Mainmise; Pop Jeunesse) les motivations de la scène alternative naissante. Souvent parodié (RBO, Pierre Verville), son travail de défricheur mérite d’être salué et surtout respecté. Ce simple, sous la tutelle du producteur Alexandre Dumas, fut son premier essai musical et n’a ajmais fait l’objet d’une quelconque ré-édition. Si vous nous lisez M. Giguère, sachez que nous adorions nous entretenir plus longuement avec vous. Écrivez-nous!

Les Bel-Airs – Dans la galaxie (Bel-Air; 1970)

Les Luths – Smokey Dog (Bel-Air; 1969)

Norman Knight – Je travaille (Canusa; 1968)

Nous n’avions pas reconnu cette adaptation méconnue d’un simple originellement publié par le groupe anglais The Kinks (Dead end street)! Quelle surprise de la part d’un chanteur de cabaret comme Knight!

Les Gauloizes (La Patrie, juillet 1970).

Les Gauloizes – Il est parti (Barclay; 1970)

Trio formé de Liette Marsolais, Michelle & Danielle Rinfret. Elles furent «découvertes» par Stéphane Venne qui produit leur deux simples et… chante possiblement avec elles sur cet extrait. On les connaissait surtout pour leur trépignante composition « P’tites, p’tites, p’tites » (série Ultra Chicks), mais ce second 45 tours brille par ses somptueux arrangements pop-psychédéliques.

Jean-Pierre Ferland – God is an american (Radio-Québec; 1970)

Merci à notre fidèle auditeur Gaétan Bricault pour cette singulière découverte! Extrait du coffret éducatif de 10 albums « Feu Roulant » réalisé en partenariat avec Radio-Québec et le Ministère de l’Éducation pour un public du secondaire V. On y retrouvait notamment plusieurs entrevues avec des artistes (Ferland, Jacques Michel), mais aussi des rencontres avec des féministes et quelques intellectuels. Un autre coffret de 7 disques à l’attention des élèves de secondaire III & IV a aussi été répertorié et présente des segments instrumentaux d’un album du français Gérard Manset (non-crédité) entre les interviews! Quelle curiosité!

Renée Claude – Je n’sais rien (Barclay; 1969)

Carole Breval – Funky Broadway (Panorama; 1969)

Adaptation d’un titre de Dyke & the Blazers, aussi un succès pour Wilson Pickett, sur l’une des nombreuses étiquettes gérées par le producteur Michel Cordy. Breval se joindrait bientôt au groupe « Horns n roll » Guillotine (1 album sur Ampex), mais pour ce simple, elle était fort probablement accompagnée par son groupe de scène de l’époque, Les Caravans.

Renée Martel – Le jogging (Image; 1974)

L’ami Félix B. Desfossés avait raison de recommander la redécouverte de ce titre au moment où l’ADISQ célébrait les 60 ans de métier de la chanteuse. Renée Martel avait plus d’une corde à son arc… L’album Réflexions offre une solide interprête en quête d’un nouveau son pop, plus près de celui Diane Dufresne. Elle est appuyée par une impressionante brochette de musiciens incluant Michel Robidoux, Judy Richards, Denis Forcier, Yves Lapierre, Mariy Lou Gauthier et Marcel Beauchamp (qui signe la plupart des compositions). Recommandé.

Karo – Sorry Guys (Capitol; 1975)

Étonnant 35e (!!!) et dernier simple de Karolyn Vallée avant qu’elle ne réoriente sa carrière vers une pop pastorale définitivement moins avant-gardiste. Quel parcours! Désolé les mecs, comme elle vous le chante sur cette mélodie funky, ça se passait maintenant entre elle et sa guitare…

Michel Mars et les Katres – Philosophie (London; 1965)

Décidément, ce groupe de Québec offrait quelque chose de peu commun et substanciel pour leur unique 45 tours yéyé/garage. Le groupe  était constitué de Michel «Mars» Marcoux (chant et orgue), Denis Gingras (guitare solo), Louis Chalifours (guitare rythmique), Benoit Gingras (basse) et Yves Gingras (batterie). Les deux faces de leur simple sont signée Richard Beaudet, un ex-membre du groupe Les Versatiles.

Les Saphirs / Les Double-Pairs (Collection personnelle de Michel J. Grenier)

Les Double-Pairs – Foutez-moi la paix (RCA Victor; 1967)

Ce groupe de Saint-Georges-de-Beauce était composé de Michel J. Grenier, Gordon Blais, . Il s’étaient s’est préalablement fait connaître sous le nom l’Ensemble Klaude puis Les Saphirs et enfin Les Double-Pairs au moment de l’enregistrement de leur unique simple. M. Grenier nous écrit:

Nous avons effectué des tournées un peu partout au Québec, incluant les salles de danse pour jeunes et les clubs de nuit. La plus populaire de nos chansons a été ” Foutez-moi la Paix ” dont j’ai écrit les paroles françaises et dont mon ami, Gordon Blais, a écrit la musique et les paroles anglaises. Les Saphirs se sont classés le deuxième meilleur groupe du Québec, derrière les Bel Canto, lors du grand gala provincial qui a eu lieu à Drummondville, le 19 septembre 1965. Nous sommes aussi passés à Bonsoir Copains, à la télé de Sherbrooke, Matane et Québec, ainsi qu’à plusieurs stations de radio. En 1997, j’ai fondé le réseau WebMusic-MusiqueWeb qui est à l’origine des extraits de 30 secondes et des chansons à 1$, sur Internet, un concept révolutionnaire dans une industrie qui se cherche encore…

Partagez

4 Commentaires

Serge Deyglun est le fils de Mimi Destée et de Henry Deyglun et le demi-frère de Mireille Deyglun qui est la fille de Janine Sutto et de Henry Deyglun.
Il est né le 18 décembre 1929 et est décédé le 19 août 1972.

Merci de cette précision M. Thérien. On était confus…

WOW, quel belle découverte pour moi qu’est les Double-Pairs, j’aime bien refaire jouer la fin de l’émission parce que j’en veux encore. Yeah!

Content que tu apprécies ce rare titre garage non-compilé à ce jour. Percutant à souhaits!

Laissez un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.