mondo67b

Cette semaine, Mimi la Twisteuse & Sébastien Desrosiers célèbrent le 45e anniversaire de l’ouverture d’Expo 67. Le monde s’invitait à Montréal, le Québec n’était pas prêt d’oublier cet électro-choc culturel et notre maire Drapeau faisait bonne impression en réalisant son rêve d’urbanisme… à sa manière! Plusieurs des 90 pavillons offraient une bande sonore des plus métissées et au coeur de l’Expo, une trollée de 45 tours raconte son effervescence! Vous découvrirez aujourd’hui de nombreuses versions plutôt originales du succès de Stéphane Venne, Un jour, un jour. Et comme le Québec s’ouvrait au monde, nous acceuillons cette semaine de rares prestations de Jamaique, Trinidad et Tobago et du Japon, spécialement enregistrées pour l’Expo. On estampe vos passeports, bienvenue sur la Terre des Hommes. Bonne écoute!

 

Pour l’histoire complète de l’Exposition Universelle, sa construction, ses pavillons, ses produits dérivés, passez par Expo 67 in Montreal.

Une visite de l’Expo par une foule de diaporama d’époque vous attend aussi sur Expo 67 Slide Collection.

 

Guy Godin – On s’en souviendra bien longtemps (RCA Victor; 1967)

De son second album, Une fille, sur des arrangements de Pierre Nolès. Comédien (La corde au cou, Zone), chansonnier et animateur durant 5 ans de Terre des Jeunes, à CFTM et en direct de l’Expo en 1967.

Les Pharaons – La marche des martiens (Laval; 1965)

Les Stingrays s’achètent une Echocord, deviennent l’orchestre résident du Club Yéyé du Café St-Jacques à Montréal, se rebaptisent Les Pharaons et enregistrent pour l’ONF. La formation officielle compte dans ses rangs Pierre Boismenu (guitare), Jean De Sève (batterie), Denis Côté (basse) et Gilles Labrie (guitare). Ce titre cosmico-instrumental fut utilisé dans un court métrage de l’ONF, Impressions of Expo 67, et même dans un documentaire sur le volleyball l’année précédente par un jeune Denys Arcand. Wow! Et ce n’est que le début d’une passionnante discographie; lisez leur biographie définitive sur le blogue Vente de Garage.

Renée Claude – Un jour un jour (Columbia; 1967)

Sublime extrait de son cinquième album éponyme sur des arrangements de Paul de Margerie.

Michel & la 4e Volonté, mk1 (La Patrie; décembre 1969).

Michel et la 4e Volonté – Fille de Terre des Hommes (Volt; 1969)

Adaptation réussie du classique hard rock Mississippi Queen du groupe Mountain. Le groupe fut aussi responsable de CEGEP Blues, récemment diffusé lors de nos éditions spéciales «Mondo P.Q. qu’ossa donne». En 1969, le groupe était composé de Michel Dion (chanteur; fort probablement le frère de Céline), Michel Desjardins (batterie), Pierre Tremblay et Russel McGraw. La suite de leur discographie est analysée sur le blogue Vente de Garage.

The Mighty Bombers – Expo 67 (Id; 1967)

Un des « rois du calypso » de Trinidad & Tobago. Mighty Bomber était le surnom du chanteur du groupe, Clifton Ryan. Ce groupe n’est pas relié au Esso Trinidad Steelband (qui publia un album live à Expo 67 sur Arc). Un véritable vers d’oreille!

The Melodians with Tommy McCook – The Last train to Expo ’67 (Treasure Island; 1967)

Un classique reggae! Publié à l’origine sur l’étiquette jamaicaine Treasure Island de Duke Reid (producteur-DJ), d’après le nom de la boutique de Reid, The Treasure Isle Grocery and Liquor Store. Ce groupe rocksteady était originaire de Kingston en Jamaique. BONUS: Appréciez cette face B originale qui offrait une collaboration instrumentale entre McCook et The Supersonics intitulée «Expo».

Lucien Hétu – Un jour un jour (RCA Gala; 1967)

Aux commandes de 671 cloches installées dans la Tour de Lévis, Hétu fusionne son style pesant à l’orgue à la cacophonie céleste du carillon Sun Life. À chaque heure, lui et quelques autres musiciens (John Klein, assurément, lui qui fut carillonneur des Expositions de 1962 et 1964) y interprètent le thème de Stéphane Venne, Un jour, un jour.

Citérama, la bande sonore du pavillon «L’Homem dans la Cité» (1967)

Norman Symonds – Citérama (KL; 1967)

Bande originale du happening se déroulant au pavillon L’Homme dans la cité, une création originale de Jacques Languirand appuyée de Gilels Carle, Paul Buissonneau, Jacques Godbout et Robin Bush. Norman Alec Symonds (1920 -1998) était un compositeur, clarinettiste et saxophoniste canadien. Le style «Third Stream Movement» auquel il adhérait fusionnait les courants classiques et improvisés du jazz moderne.

Marcel Lévesque – Un jour un jour (Sélect; 1967)

Orchestrateur original du hit de Stéphane Venne. Sa nouvelle notoriété inspire Sélect pour l’album 3-12 (3 arrangeurs, 12 adaptations québécoises) aux côtés de Neil Chotem et Paul de Margerie. Un mini-micro (Paysages du Québec) sera aussi publié la même année, son seul album en tant qu’artiste solo. On y retrace une nouvelle version de Un jour, un jour.

Marcel Martel – Un jour un jour (London; 1967)

Simple bilingue pour la légende du country; le revers de ce simple offrait vraisemblablement sa première interprétation en anglais endisquée (Hey friend, say friend). La version française que nous vous présentons fut aussi incluse sur son album éponyme de 1967, son septième. Martel n’entre pas sur la mesure… ou bien est-ce une coquetterie western parfaitement maîtrisée?

BONUS :

Et finalement… Paul Baillargeon orchestre cette adaptation de Un jour, un jour pour le carillonneur John Klein. Quelqu’un a un meilleur enregistrement à partager?

Partagez

3 Commentaires

Un grand oublié dans votre compilation thématique : Jacques Desrosiers et le téléfon (1967)!

http://www.youtube.com/watch?v=jyVkD5eQ7ik

Émanuel

J’adore la version de “Un jour, un jour” de Renée Claude. Wow !
La version de Marcel Martel est étonnamment bonne.
Une excellente aussi est celle de Roger Gravel et son orchestre Tijuana
Oh yeah, La marche des martiens. Un classique !
Très bonne émission encore une fois

Merci Simon!

Émanuel: : On adore Jacques Desrosiers, mais sa référence à Expo 67 dans cete adaptation de Ferrer était plutôt… timide.

Laissez un commentaire to Sebastien Annuler