La chanteuse Caroline vous flingue de son look emprunté à la mannequin Twiggy (Télé Radio Monde; mars 1968).

Ennivrés par les effluves d’une bière Dow et le décompte du palmarès chanté frénétiquement par Serge Laprade, nous nous sommes endimanchés pour donner le coup d’envoi à une seconde saison de Mondo P.Q. sur les ondes de CIBL 101,5 FM. Nouvelle case horaire (les dimanches de 10h00 à 11h00), même formule. C’est qu’il est vaste l’envers du rétro québécois… Afin de souligner notre nouvelle heure de diffusion, une courte mais intense messe à gogo s’est aussitôt imposée, truffée de pop baroque et d’inlassables élans yéyé. C’est reparti!

Publicité – La bière Dow (196?)

Serge Laprade – Vive le palmarès (Trans-Canada; 1964)

Son quatrième simple, un extrait de son premier album (Sois heureuse) aussi utilisé comme générique d’introduction pour son émisiion “De un à dix” à CFTM-10.

Winston McQuade – Écioutez-les bien (Bel-Air; 1969)

Un des quelques simples du journaliste et animateur devenu chanteur. Cette adaptation de Listen to the band des Monkees est une production des Bel-Air alors que l’orchestration est signée Jerry De Villiers.

 

Opération Jeunesse – Gloire à toi, tu viens nous sauver (Sélect; 197?)

Collaboration entre le chanteur français Jo Akepsimas, alors en visite au Canada, et des musiciens de Lac Mégantic, Thetford-Mines, Québec et Atholville (Nouveau Brunswick).

Michèle Suro – Le déluge (Escales; 196?)

Rare EP avec pochette-photo de cette chanteuse méconnue. Elle participe à la première époque des boîtes à chansons, notamment avec Michel Noël, à la fin des années 50. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous déteniez plus d’informations à son sujet!

 

Le Père Tremblay & les Nouveaux Alléluias – Jésus (Excellent; 1966)

Nouvel élan pour cet ex-Alléluias qui forme son nouveau groupe à Moncton en recrutant et rabptisant Les Saxons. Le groupe devient vite populaire et effectue des tournées dans les Maritimes, au Québec et aux Iles-de-la-Madeleine. Tremblay inscrit Les Saxons à leur insu au concours 28 Jours de Jeunesse Oblige au printemps 1967. Ces derniers remportent le concours devant Les Cavendish, mais curieusement… aucun 45 tours ne sera gravé sous le sobriquet des Saxons.

Catherine Blanche – Jesus Christo (Columbia; 1972)

La meilleure reprise du hit planétaire de 1971 du chanteur brésilien Roberto Carlos et de loin le titre le plus dynamique de la chanteuse. Cette production de Ben Kaye mise sur les arrangements de Yves Vincen et se vautre dans une pochette aussi audacieuse qu’intriguante. Blanche deviendrait par la suite comédienne, aparaissant notamment dans le film Mustang (1975).

André Gagnon – Notre amour (Columbia; 1969)

Enregistré à Londres à la fin de 1968. Gagnon retient les services de Johnny Spence pour les arrangements. Ce dernier s’était fait connaître auparavant au sein du groupe Johnny Kidd & the Pirates (Shakin’ all over)! L’album, un succès maintes fois réédités, offre d’autres pièces similaires et fut inclu sur la réédition de 2007, La Collection Émergence.

Danièle Ouimet & Michel Paje – Fugue en Si (Jupiter; 1968)

Premier simple de la future interprète du long métrage culte de Denis Héroux, Valérie. Une première collaboration avec son amoureux de l’époque qui parallèlement à sa propre carrière de chanteur, signe la bande originale du film Valérie la même année. Lisez toute l’histoire ici.

 Valentin – Lumières et sons (Polydor; 1968)

Qui était-il? Ce mystérieux et facinant chanteur pourrait bien être un artiste français exilé au Québec. En tout cas, il enregistra trois sublimes simples ici et fit même un bref passage à l’émission Jeunesse Oblige pour promouvoir ce 45 tours plutôt planant.

Jean Lévesque – Comme un brave homme (Chart On; 1971)

Sur son unique simple, la moitié du défunt duo folk-pop Jean & Steve offre une histoire surréaliste accentuée par la fusion particulièrement accrocheuse du lapsteel et des cuivres. Lors d’une tournée de promotion pour Chart On et à la suite d’une bête chute à la sortie d’un bar, Lévesque se fend le crâne et plonge dans un coma. À son réveil, il renonce à sa carrière musicale pour se concentrer sur la figuration cinématographique, aparaissant dans plus de 400 films (dont Y’a plus de trou à Percé) depuis son accident.

Myriam Martin – Le Blue Beat (Élysée; 1966)

Bien qu’elle n’enregistra que deux 45 tours en 1966 et 1967, Mademoiselle Blue Beat , comme on surnommait la blonde chanteuse, figure parmi les meileures émules de Jenny Rock à l’époque. À l’origine, le blue beat référait à un style de musique jamaicain similaire au ska et à une étiquette anglaise du même nom qui populariserait ce nouveau son.

Michel Normand – Wang Dang (Casino; 1966)

Ce chanteur yéyé méconnu fut inclu sur la compilation «21 vedettes 23 succès» des disques Casino et choisi de survitaminer un succès de 1959 pour Pat Boone, Wang Dang Taffy Apple Tango. Qu’est-ce que c’est? Je n’sais pas!

Jacline Guy – M’amuser (Rusticana; 1964)

Cette interprète commence dans le métier à 12 ans et poursuivra pendant quelques décennies une carrière de chanteuse dans les piano-bar. Depuis les années 80, elle a biffurqué vers la peinture.

Caroline – Le jeu du téléphone (RCA Victor; 1967)

Premier de six simples pour cette jeune recrue de Pierre Nolès. Ginette Lemieux se rebaptise Caroline et adopte le look androgyne de la mannequin britannique Twiggy. Elle se retirera de la scène afin d’épouser le directeur de la promotion des disques Jupiter, Claude Palardy, en 1969. (source: retrojeunesse60.com) Bonne écoute!


Partagez

2 Commentaires

Sylvain Lecours

Winston McQuade: J’ai dans mes 45 tours deux autres simples: “Salut le Monde”, composition de Guy Trépanier. Arr & Orch: François Cousineau. La face B, c’est l’instrumentale. Sur étiquette “Solo” (SO-11419)
Je sais qu’il a aussi fait un simple avec sa fille, Viens Dans Ma Maison. Il est quelque part dans mes boîtes et vous me donnez envie de fouiller pour le retrouver !

Voilà une agréable surprise! Merci Sylvain pour cette précision. Si tu retrouve ces 45 tours et souhaite les partager, pense à nous! ; )

Laissez un commentaire to Sebastien Annuler