Hasard_cinq_WEB

Hasard.

La fascinante histoire des pressages privés québécois s’écrit ici! Décidément, on pas fini de mettre à jour d’obscurs talents oubliés et autres témoins d’une trame musicale passée le plus souvent dans la marge. On a défini les paramètres entourant ces perles rares, ses styles, son intemporalité, son aspect visuel et une foule d’autres qualificatifs dans notre première édition de février 2015, mais rappelons qu’il s’agit essentiellement d’autoproductions pressées pour la plupart sur vinyle. Toutefois, comme on le verra aujourd’hui… il y a plusieurs degrés de professionnalisme dans le genre : on passe donc d’un enregistrement réalisé dans un sous-sol de Price à d’autres plus fignolés et on découvre au passage une étiquette entièrement dédiée à ces enregistrements si singuliers. Bonne écoute!

Je tiens à remercier mon invité, le collectionneur et disquaire Gaétan Bricault, mais aussi tous les artistes contactés qui ont généreusement accepté de revenir sur leurs premiers enregistrements, aujourd’hui définitivement moins méconnus qu’auparavant! Chapeau bas à Bertrand Riguet du duo Dalton & Baba, Costanzo Nicodemo de Cussy, Daniel Breton & Serge Métivier d’Est-ou-Est, Guy Arcand de Hasard et François Taschereau de Demi-Heure.

APPEL À TOUS: Si vous souhaitez partager un pressage privé ou un enregistrement démo des années 60-70-80 en vue d’une prochaine édition, écrivez-nous!

DaltonBaba45ALa famille Vincent – Explosion (MAVI; janvier 1976)

Dalton & Baba – Tu n’es pas la seule qui ne pense qu’à moi (n/d; 1977)

Duo originaire du village de Price (Gaspésie) formé de Bertrand « Baba » Ringuet & Jean-Marc « Dalton » Bélanger. Le nom du groupe vient du fait que Jean- Marc était daltonnien et que Ringuet avait le surnom « Baba » depuis la chanson des Who « Baba O’Riley ». Ringuet précise: Ce 45 rpm a été essentiellement enregistré pour le fun. J’ai demandé à un ami, Jean-Marc Bélanger, s’il était intéressé à enregistrer un simple avec une de nos compositions sur chaque côté . Le coût était de 300$ pour presser 500 exemplaires aux U.S.A. On a enregistré les chansons sur un magnétophone « 2-pistes » avec l’option « son sur son » pour réaliser des overdubs puis on a remixé le tout sur un autre magnétophone. À l’époque, je n’avais pas vraiment le studio que j’aurais plus tard dans les années 80 (un 8-pistes). Lorsque j’ai revu Jean -Marc dans les années 80, il m’a dit qu’il n’avait plus aucun disque, tous les exemplaires avaient été perdus dans le déménagement. De mon côté, j’en ai donné à gauche et à droite et également à des enfants qui passaient l’Halloween.

MAVI_logoLes Disques MAVI

Il s’agit d’une étiquette montréalaise indépendante sans distributeur associé. La production et la plupart des compositions sont du propriétaire Vincent Ciambione (plus tard réalisateur de Montréal Interdit aka Mondo Canada aka Mondo Québec en 1991). MAVI semble avoir deux incarnations au look légèrement différent : une première série de 4 titres en 1973 puis une douzaine d’autres entre 1974-1976 avec des collaborateurs redondants et l’ajout du logo de l’ours (réalisé initialement pour Cussy).

Ciambrone étant décédé il y a quelques années, nous souhaitons malgré tout documenter l’entièreté du catalogue MAVI. Si vous pouvez nous aider à contacter la famille de Vincent Ciambrone ou à identifier les quelques titres manquants ci-dessous, écrivez-nous!

Série MA-100 (1973) : 101- Richard Latarte: Je n’oublie pas/ Je m’en fous, 102- Germaine Riendeau (Sylvie Jasmin): Le bonheur est passé/ Il faut s’amuser, 103- Eddy Belg: Souvenir et regret/ Adieu Marie, 104- Gabriel Lena: Je regrette/ La première fois. Série MA-4600 (1974-1976) : 4601- Lydia Fortier: Je suis seule ce soir/ Je suis jeune, 4602- Marie Chantal: Près de toi/ On a tous besoin, 4603- Marie Chantal & Dallas: Jamais personne/ Instrumental, 4604- Cussy: Tonite, I Really Want To Want To Rock/ Nobody Loves You Like You Do, 4605- Roger Bamon: Personne ne m’aime comme toi / I Realy Want To Rock, 4606, 4607- Denise Benoit : Une nuit avec toi / Tous les deux, 4608, 4609, 4610- Famille Vincent: Tu es frivole/ Explosion, 4611- Joan & la famille Vincent: Viens danser avec moi/ Vive la bonne soirée, 4612- Corps Musical Bel-Aire : Gloire au Canada / Instrumental.

MarieChantalDallas45AMarie Chantal & Dallas – Jamais personne (MAVI; 1975)

Tout un groove, un hook que vous sifflerez toute la journée! Il s’agit d’une adaptation d’un super tube italien de 1974, Nessuno Mai popularisé par Marcella Bella, mais aussi repris par Boney M sous le titre Take the heat off me… On ne se le cachera pas : on a affaire à une version bien meilleure que l’originale, avec flûte et synthétiseur pour notre prépubère chanteuse! L’accompagnement est de Cussy; Nicodemo se souvient de n’Avoir rencontré la chanteuse qu’au moment de l’enregistrement… Dallas était fort probablement ce joueur de synthétiseur prédominant, particulièrement sur la version instrumentale en face B qui devrait chatouiller les oreilles des DJs. Le duo a aussi commis un second simple sur étiquette Frontenac, Que je t’aime, avec Vic Vogel.

Eddy Belg – Adieu Marie (MAVI; 1975)

Si le parcours de cet interprète demeure plutôt nébuleux, on remarque cependant qu’il est aussi un des compositeurs crédités sur le 45 de Richard Latarte (Je m’en fou), aussi sur MAVI. On dirait bien qu’on à affaire à un chanteur/crooner de bar qui s’est vu assigné des musiciens (Cussy) qui rocke plus qu’à son habitude…

Nothing’s Wasted, 1970.

Nothing’s Wasted, 1970 (Coll. Cussy Nicodemo).

Cussy45ACussy – Tonite I really want to rock (Mavi; 1975)

Avant d’être connu internationalement par les discophiles sous le nom Fussy Cussy, le groupe enregistre un 45 tours blues-rock sous le nom Cussy en plus d’accompagner quelques-uns des artistes signés sur Mavi comme Marie-Chantal & Dallas ou Roger Bamon. Costanzo «Cussy» Nicodemo a autrefois fait partie des formations montréalaises Nothing’s Wasted puis Genèse avec le guitariste Paul Gauthier (Aut’Chose, Éclipse, Les Super-Classels, Le Show). Lorsque Marie-France Paquin vole en solo et Gauthier rejoint Aut’Chose, le reste du groupe poursuit malgré tout… On y retrouve alors les musiciens Cussy Nicodemo, Giorgio & Jean-Guy. Michael « Mike » Nicodemo, frère de Cussy, gère le groupe qui accompagne la plupart des artistes MAVI entre 1974-1975 en échange de temps de studio gratuit pour leurs propres compositions. On our way home, annoncée par l’ingénieur à la fin du simple, fait partie du lot d’inédits du groupe. Cussy Nicodemo dirige aujourd’hui l’étiquette montréalaise Dance Plant Records.

Aussitôt l’enregistrement du 45 tours terminé, la trame musicale sera recyclée pour le nébuleux chanteur Roger Bamon qui adapte en français les titres de Cussy.

EstOuEst45AEst ou Est – Machine à boules (Musicologue; 1980)

Groupe de Rivière-du-Loup avec Daniel Breton (basse), Richard Pelletier & Serge Métivier (guitare, batterie et aujourd’hui un caricaturiste bien connu de la région de Québec). Entre 1973 et 1980, le groupe performe d’abord sous la forme d’un trio nommé Le S.O.S. Rock’n’Roll Band, réduit à Est-Ou-Est à la fin de leur carrière suivant l’ajout d’un 4e membre. Les musiciens sont pris en charge par Daniel Pomerlo, homme de télévision et propriétaire du disquaire de Rivière-du-Loup… Le Musicologue. L’enregistrement a lieu à la station télé locale sur une console 4-Pistes, le simple est pressé à Montréal par l’entremise d’un DJ/producteur country qui réalise 2000 copies, distribuées localement à raison d’un dollar chaque. Machine à boules exploite le même thème que Pinball wizard des Who, un joueur compulsif du flipper et résonne comme du stoner Rock avec des mouvances prog, des solos de guitare-synthétiseur et une basse frénétique. Ça va vous scier! Comme la pluie au revers, une composition de Métivier aussi reprise sur son premier album solo de 1984, atteindra même la 15e position du palmarès d’un station radio country montréalaise.

Hasard.

Hasard.

hasardLPHasard – Embarque si ça t’tente ou Paysage bleu (Hasard; 1980)

Guy Arcand, bassiste du groupe, nous écrit. C‘est en 1975 que le trio du groupe Hasard s’est formé au cœur de la Vallée du Richelieu avec trois des membres principaux : Guy Arcand (basse), Gaétan Mongeau (vocal et percussions) & Pierre Vigeant (vocal et guitare). À cette époque, le répertoire du groupe était principalement centré sur des pièces déjà connues par le grand public avec des noms comme Harmonium, Beau Dommage, Offenbach et plusieurs autres de ce style.

Les années suivantes ont permis au groupe de recruter d’autres talents dans le but de peaufiner et d’apporter différentes couleurs aux pièces et de développer « la composition originale » : Thérèse Bélanger (voix), Michel Lamoureux (voix, guitare et percussions), Clayton Leblanc (flûte traversière), Pierre Lessard (violon, guitare), Pierre Dragon (batterie) et quelques collaborateurs ponctuels vont et viennent entre 1976 à 1979.

DSC_0270Suite à l’ascension en popularité pendant cette décennie, le groupe Hasard a décidé de créer son premier et unique album. Incluant neuf chansons originales dans un heureux mélange de pop aux accents jazz et funk progressif. Le bassiste Guy Arcand exprimait déjà à l’époque une technique appelée « slapbass » ayant une couleur assez particulière pour le temps. L’influence d’un band américain de passage dans la région montréalaise avait allumé drôlement le bassiste de notre trio.

Le groupe termine l’enregistrement à mi-chemin de l’année 80 sur la rive-sud de Montréal.Cependant, le chanteur principal, Gaétan Mongeau, est victime d’un grave accident de la route, imposant un arrêt temporaire, voire presqu’un avortement du projet. C’est pourquoi l’étape suivante c’est-à-dire, la mise en marché a été mis sur la tablette pendant presque deux ans. Suite à la réhabilitation quasi miraculeuse de celui-là, le projet reprend du service mais le temps a déjà fait son œuvre et ne rend pas justice au groupe car la création collective, sur étiquette privée correspond de moins en moins à la réalité radiophonique qui cherche toujours « la saveur du mois », ce qui oblige la fin de l’entité « Hasard » en 1983.

Gaetan_k7

Gaétan Bricault avec l’album de Demi-Heure et le démo de son père, Louis Bricault.

Louis Bricault – piste 4 / Un matin de grands vents (démo; 1979)

Il s’agit d’un enregistrement tiré d’un démo de 4 titres réalisé par Serge Lahaie et le père de notre invité, Louis Bricault. Ce dernier était batteur pour la formation locale Flowers & Strange avec Lahaie dans les années 60, ouvrant notamment pour les Sultans, Sinners et autres 409. Lorsque son groupe implose, Bricault se tourne vers la guitare et réalise en 1979 ce démo pour une émission télévisée à la recherche de nouveaux talents. Les chansons seront rejetées et tablettées… jusqu’à aujourd’hui!

Demi-Heure – Six heure vingt (Demi-Heure; 1978)

On a contacté le claviériste/chanteur François Taschereau qui a généreusement accepté de répondre à nos questions. La formation folk voit le jour en 1976 à Québec et performait surtout dans la région immédiate avec André Ringuet (cuivres, guitare, voix), Jacques Roy (guitare, voix solo), Christine Fortin (flûte), Claude Lépine (batterie), Richard Larue (basse) et Hélène Parent (chanteuse). 2000 copies de leur album éponyme de 1978 furent pressées et l’album était disponible chez certains disquaires locaux. Nous avons écrit Six heure vingt au chalet d’un bienfaiteur du groupe sur la rive du lac St-Joseph. J’ai le souvenir d’une belle soirée d’été à chanter et à se la couler douce… Durant ce séjour, 2 pièces de l’album ont été écrites, d’abord L’ami et après quelques heures de demi-sommeil… celle-ci, dans une atmosphère de tendresse et d’amitié que je me rappelle avec plaisir.

DemiHeure_WEB

Demi-Heure.

Pierre Shea – C’est Dieu qui t’appelle (Melocheville/Disques Adele; 1982)

Composition de E. Desjardins & P. Shea qui n’aurait pas déplu à Jacques Michel ou à Daniel Bélanger dans sa période Déflaboxe, illustrant la confrontation du bien et du mal sur l’échiquier de la vie, incarnée par Dieu (les blancs) et Lucifer (les noirs). Shea était un auteur-compositeur-parolier & chansonnier actif dès la fin des années 60, on le remarque même au programme du festival underground La Grosse Tabarnak d’Orgie en 1969. Il jouera plusieurs fois au Café de l’âtre, rue St-Denis, dans les années 70 et collaborera avec d’autres artistes notamment Christian Gauthier (la cassette La nuit des mots barbares). Après une décennie à bourlinguer, on le sent mur et d’attaque pour son unique album de décembre 1982… Par les sillons des mots où on le retrouve avec Alexandre Stanké, Carlyle Miller au sax (VEBB), Guy Rhéaume (Le Cardan) et plusieurs musiciens. Il est décédé en octobre 1991 à l’âge de 46 ans.

Seb_Shea

Pierre potvinPierre Potvin – Long âge (Constellation; août 1981)

Actif depuis plus de 40 ans dans le milieu artistique au Québec, Pierre Potvin a remporté le prix du meilleur auteur-compositeur-interprète au Festival de la chanson de Granby de 1975. Il participe aussi en 1979 à la production pour enfants sur vinyle Un monde à bâtir. Son album FORT est publié en août 1981: premier et probablement le dernier sur l’étiquette de Québec… Constellation. Potvin signe toutes les compositions, certaines instrumentales, l’orchestration et les arrangements. François Pérusse est à la basse, son frère Marc Pérusse à la guitare, François Samson aux percussions et une foule de musiciens les appuie dans une réalisation de Pierre Fortin & Jacques Montminy.

Il reçoit en 1996 le Prix Miroir de la révélation au Festival d’Été international de Québec avec le groupe BORI, anime à Radio-Canada deux émissions et fonde en 2003 la compagnie ZAL (Zone artistique libre), dédiée à l’art clownesque de scène et de rue. On adorerait mieux documenter son album de 1981 alors on l’invite à communiquer avec nous!

Marie Chantal & Dallas – Jamais personne INSTRUMENTAL (MAVI; 1975)

Partagez

No Commentaires

Laissez un commentaire