Ovila Blais & Sébastien Desrosiers, août 2015.

Ovila Blais & Sébastien Desrosiers, août 2015.

Premier 45 tours d'Ovila Blais, alors au sein de Danni et Nous.

Premier 45 tours d’Ovila Blais, alors au sein de Danni et Nous.

Aujourd’hui, on a le privilège d’accueillir un véritable électron libre de la scène montréalaise, un rockeur de l’ombre qui a su pimenter ses compositions funky d’une prose joual aussi lousse qu’infectueuse! Celui qu’on présentait autrefois comme le prochain Robert Charlebois -rien de moins!- a multiplié les collaborations musicales durant les années 60 et 70, publiant quelques simples devenus aujourd’hui des articles de collection et un unique album en solo. Passe-moé un Québec… que j’m’amuse avec! C’est sa première entrevue en plus de 40 ans et on avait saprement hâte de le recevoir !

Ensemble, on redécouvre sa discographie avec quelques surprises, on parcours la scène des cabarets de Montréal dans les années 60 en se remémorant un joint derrière l’Esquire Showbar pis une une gig avec Jimi Hendrix, on règle le compte de Jacques Duval (jadis animateur du Cimetière du disque), on scrute ses collaborations avec Clémence Desrochers et on fait la lumière sur son incroyable groupe de funk psychédélique… Hum!

Dans la seconde partie de notre entrevue, on explore son album «Pass’moé un Québec» (Gamma; 1975) et on découvre des extraits totalement INÉDITS de son trio de 1979, Skizo, avec Alain Jodoin (ex-membre des Mersey’s puis des Sinners à la basse) et André Leclerc (à la batterie). Comment ça sonne? Imaginez Supertramp qui rencontre Sparks! En voulez-vous des primeurs?

On lance d’ailleurs un appel à Maurice Bélanger, ex-membres de César & les Romains et producteur de Skizo: si vous avez toujours ces bandes maitresses, écrivez-nous! Bonne écoute!

The New Bredd vers 1965 (Ovila Blais est premier sur la gauche).

The New Breed vers 1965 (Ovila Blais est premier sur la gauche).

Chansons entendues:

The Original Soul Senders – Soul brothers testify part 2 (Anla; 1968)

Ovila a bel et bien joué avec le groupe sur la scène de l’Esquire Showbar de Montréal, mais attention, n’allez pas croire que notre invité apparait sur ce 45 tours américain…

Danni et Nous – Pour un coeur (Beaumont; 1967)

Danni et Nous – Pense à moi (Beaumont; 1967)

Unique simple pour le quintet montréalais, produit par Marty Hill (Martin Martin) qui apportera sa touche à plusieurs des pressages sur Beaumont, une sous-division des disques Laval. Pour un coeur est une composition originale tandis que la face B, Pense à moi, est une adaptation d’un titre du groupe irlandais Them!

Ovila B. Blais – Carré St-Louis-Inn (Canusa; printemps 1971)

Ovila B. Blais – Ça me dérange (Canusa; printemps 1971)

Bien que la date de 1969 soit mentionnée dans l’entrevue, il semble que le 45 tours ait été publié entre janvier et avril 1971. Merci à Robert Thérien pour cette précision.

Hum – Attends (DSP; 1972)

Hum – Suis-moi (DSP; 1972)

p_journal_031971_Ovila copy

 

Partagez

3 Commentaires

Excellente 1ière partie. Je découvre “Ça me dérange” pour la première fois. J’avais oublié la face B de Carré St-Louis Inn. Très hâte d’entendre la suite.

Merci Simon! Mon invité a encore beaucoup à nous apprendre, tu verras…

Merci pour cet entrevue très spéciale.

Laissez un commentaire