Iconiques! Les Odds sur scène (extrait de la page Facebook du groupe).

Iconiques! Les Odds sur scène (extrait de la page Facebook du groupe).

sebastien_michel_23112014L’émission d’aujourd’hui sera dédiée au rock garage québécois, à ses 45 tours les plus bruts, aussi inventifs que primitifs! Pour l’occasion, l’ami Michel Alario, collectionneur et ex-chanteur du groupe sherbrookois Les Macchabées, nous dévoile quelques-uns des titres les plus grinçants et convoités de la province. Profitez-en pour mettre à jour vos listes de souhaits!

J’en profite pour saluer et remercier chaleureusement tous les historiens et musiciens qui ont répondu avec enthousiasme à notre appel : Richard Baillargeon, Robert Thérien, Léo Roy, Jean Veilleux (Les Stratones), Daniel Auger (Les Odds) et plus particulièrement tous les proches du groupe montréalais Les Chantels, notamment Jean Laberge (batteur) et Martin Dubreuil (tambouriniste pour Les Breastfeeders et fils de Ramaglia). Vos témoignages nous ont grandement touchés.

Michel et moi dédions ainsi la prochaine heure à la mémoire –bien vivante!- d’Albert Ramaglia dit Rémy, chanteur des Chantels qui nous a quitté en 2011. Bonne écoute!

Les Chevelles

Les Chevelles

Les C-Bees – Thème Mondo P.Q. (démo; 2014)

On a fait appel aux ex-membres du quintet montréalais Le Chelsea Beat devenu depuis Les C-Bees pour adapter le thème de Mondo P.Q. Merci messieurs d’avoir relevé le défi! Nos studios vous seront toujorus ouverts.

Les Chevelles – Ton ombre me suit (Niagara; 1965)

À la limite du frat rock et du son garage naissant… Tellement bon que le groupe de Sherbrooke Les Macchabées la reprendrait sur leur unique long jeu éponyme de 2005. Il s’agissait d’un groupe de la région de Québec avec Gilles Bertrand (chanteur), Claude Viel (guitare soliste), Denis Déry (guitare et voix), Jacques Gagnon (saxophone), Gilles Arseneault (guitare basse) et Serge Gaboury (batterie). Leur unique 45 tour fut publié avec une pochette-photo aujourd’hui rarissime.

Première mouture des Stratones

Première mouture des Stratones

Les disques LOIR: Robert « Bob » Chamberlan (décédé en 2013) était un entrepreneur de la région de Québec qui gérait notamment les Disques Mars (Les Sextans, Les Gants Blancs, Les Pieds Nicklés) ainsi que la petite étiquette Loir. Seuls trois simples furent pressés sur Loir, tous en quantités infimes. La plupart sont excessivement rares et convoités depuis des décennies… de grands crus avec tout le charme de leurs défauts. Trois groupes de marginaux donc, chacun anticonformiste à sa manière et qui illustre le côté rock de la vieille capitale.

Les Stratones – Petite soeur (LOIR LO8301; 1966)

Groupe de Québec qui débute en sextet avant de se stabiliser en quartet avec Lawrence Alison (chant, basse), Jean Veilleux (g), Denis Collette (g) et Jacques Arsenault (batterie). Veilleux nous confie : Le nom du groupe était en lien avec les Rolling Stones, nos idoles. Venant de la basse-ville, nous étions assez rebelles! Personnellement, j’étais même contre l’idée d’enregistrer un 45 tours; d’ailleurs, on a jamais reçu un sou pour ça! Notre groupe a quand même été diffusé à l’émission Allez-4 où on a rencontré et snobbé Michèle Richard! Le showbizz, c’était pas trop notre truc… L’enregistrement du 45 tours s’est fait à Montréal, probablement chez StréréoSound, en pleine nuit. Un des musiciens de la session précédente nous a approchés pour offrir de jouer de l’orgue en studio avec nous. C’était nul autre que Gerry Boulet des Gants Blancs!

Stratones2 copybestLoir_OddsLes Odds – C’est leur vie (LOIR LO8302; 1967)

Un autre groupe de la ville de Québec, avec Michel Tremblay (basse, soloiste), Daniel Auger (guitare), Paul Bergeron (guitare), Gylls Desrochers (batteur). Jugés trop pétés pour leur premier engagement à Notre-Dame des Laurentides, ils performeront par la suite souvent au Puff-Club puis au Temple, deux clubs de Québec reconnus pour leur ouverture à toutes sortes d’extravagence.

Daniel Auger nous écrit : Après avoir enregistré “C’est leur vie”, la production a effectivement décidé d’y ajouter aussi l’orgue de Gerry Boulet. Au début, on devait faire la version de Obladi Oblada,des Beatles, mais c’est Patrick Zabé qui se l’est vu confié. On est alors redescendu à Québec pour composer “C’est leur vie”. Pour ce qui est de “Ann” en face B, elle est inspirée de “A Day in a Life” pour les accords d’introduction. C’est l’anecdocte d’un jeune (moi) qui a un coup de foudre pour une jeune fille anglaise (Ann) sans qu’elle ne soit au courant. Compliqué l’amour…

Roger Beaudet (guitariste des Versatiles) en rajoute : Le chanteur sur ce 45 tours, Lawrence Alison, a ensuite fait de la musique avec moi durant un bon moment. On formait un trio qu’on avait rebaptisé Les Versatiles entre 1967 et 1971, surtout en tournées dans l’est de la province. Le batteur étant aussi un ex-membre des Versatiles, Denis Manuel Lapierre.

Seigneurs

Les Seigneurs… sans Paskal ( lesgroupesdelabeauce.blogspot.ca ) avec Michel Gilbert (à droite) et Robert Bolduc (1er à gauche).

Paskal & les Seigneurs – Tous ces problèmes (LOIR LO8303; 1966)

Léo Roy (auteur de l’essentiel ouvrage La merveilleuse époque des groupes québécois) s’est entretenu avec Bob Chamberland des disques Loir avant son décès et ce dernier n’avait aucun souvenir relié aux Seigneurs. C’est tout dire… Cependant, depuis la diffusion, un blogueur de Beauce nous offre une nouvelle piste et souligne que Les Seigneurs étaient composés de Yvon Poulin, Mario Poulin, Robert Bolduc, Michel Gilbert et Renald Doyon (qui co-signe les titres du 45 tours). Le groupe était originaire de St-Georges-de-Beauce. Grinçant à souhait, l’unique 45 tours du groupe demeure un des plus difficiles à retracer en province!

Si vous avez quelques informations en lien avec ce groupe et cet enregistrement ou si vous êtes un ex-membre de Paskal & les Seigneurs, écrivez-nous et aidez-nous à mettre un terme à ce mystère…

Les disques JEUNAIR: Seulement deux 45 tours extrêmement rares ont été répertoriés sur cette étiquette qui, malgré son nom, n’avait aucun lien avec les musiciens du groupe sherbrookois Les Jeun’Airs. Il s’agit plutôt d’enregistrements effectués aux Studios RM (Radio-Marie) de Cap-de-la-Madeleine (près de Trois-Rivières), gérés à l’époque par les Pères Oblats du Sanctuaire de Cap-de-la-Madeleine.

Bien que ceux-ci supervisaient essentiellement des enregistrements strictement à caractère religieux, leur Directeur artistique le Père André Dumont était un homme de foi assez ouvert merci. En plus d’être responsable de la plupart des messes à gogo sur disques au Québec, il a probablement produit les deux prochains simples et avait même un lien avec un des groupes qu’on va vous présente…

4SMS5_45Les 4SMS5 – Tous les samedis soirs (Jeunair; 1965)

Quatuor de C-d-l-M avec Michel Giroux (orgue, voix, compositions), Jules Bronsard (guitare), René Maurais (basse) et Jean-Guy Giroux (batterie). Ce premier simple avait été pressé sous le nom des 4SMS5 alors que ceux qui suivront jusqu’aux années 80 –tous des pressages privés- seront plutôt crédités aux 4SANS5. Ce pressage de 1965 souffrait peut-être d’une simple faute de frappe…

La 5e Dimension – L’Évasion (Jeunair; mai 1969)

Quatuor de C-d-l-M avec Robert Morrisette (chant), Alain Dumont (g; frère d’André Dumont), Gilles Sévigny (g), Robert Hunter (b) et Luc Robert (batterie). Le livre de Léo Roy indique 1966… mais l’utilisation du wha-wha et les références à la drogue nous incitent plutôt à dater le simple à mai 1969, date estampée sur la copie de notre invité. Le Père André Dumont (Disques RM) signe l’adaptation de la face B, une reprise de It’s all over now baby blue de Bob Dylan.

On retrouverait Alain Dumont peu de temps après en marge de certains albums chrétiens assez aventuriers comme Agapè (c’est lui qu’on voit dans l’insert) et le projet « Des gens comme vous et moi ». Après quelques années de consommation, Dumont s’est ressourcé et est devenu un intervenant spirituel, sobre.

Les chantels connaissent la gloire dans La Patrie, novembre 1967.

Les Chantels connaissent la gloire dans La Patrie, novembre 1967.

Les Chantels – Tobacco Road (enregistrement LIVE inédit; 1967-1968)

Ces enregistrements ont été découverts par la femme d’Albert Ramaglia, chanteur des Chantels qui utilisait autrefois aussi le pseudonyme de Remy. Par l’entremise de Martin Dubreuil (qui devait se joindre aux Breastfeeders lors de leur passage à en studio), j’ai obtenu une copie de quelques bandes d’époque, enregistrées sur scène entre 1967 et 1968. Avec la permission de leur batteur Jean Laberge et du reste du groupe, nous vous en présentons en primeur un premier extrait. L’introduction du MC aurait audiblement été captée lors des tournées Starovan de janvier-février 1967 ou probablement de 1968 alors que le groupe cottoyait une trollée d’autres artistes devant une foule prépubère et endiablée venue hurler le concert d’adieu des Sultans, aussi présents. Mixée à l’introduction, cette version de Tobacco Road semble toutefois provenir d’une autre performance captée à la même époque.

Nous reviendrons éventuellement sur ces enregistrements après avoir meixu approfondi leur nature avec les membres du groupe. Merci et… chapeau bas messieurs, ça déménage! Entre temps, je vous invite à piquer une visite sur le blogue Vente de Garage pour une rétrospective des enregistrements sur disque du groupe.

Les Z – Pourquoi (Gamma; 1969)

Groupe originaire de Montréal avec Jean-Pierre Rondeau (chanteur), Gaston Lafrance (guitare), Michel Pelchat (basse) et Richard Deschesnes (batterie). L’éphémère groupe yéyé-garage sherbrookois Photoroman s’est attaqué récemment à ce titre!

Les Jeantricks – Le train fantôme (Rusticana; 1966)

Avouez que la batterie et l’orgue à l’avant-plan, ça déchire! BANG… dans ta face! Aucune information n’a pu être retracée à propos de ce groupe. Les copies du 45 tours original semblent être parmi les grandes raretés de la province! Certains doutent même de son existence… En l’absence de copie originale, on ne peut même pas s’avancer sur un crédit de composition alors on sollicite de nouveau votre aide chers collectionneurs!

Disque-Ton_051965_MusiQAirspp

Les Musi-Q-Airs dans le magazine Disque-Ton, mai 1965.

Les Musi-Q-Airs – J’ai peur de toi (Musiko; printemps 1965)

Groupe de St-Jean-sur-le-Richelieu qui début vers 1964 avec Réal Fortin (guitare), Denis Nolin (batterie, chant), Louis Jacques (basse) & Luc Girard (saxophone). Les musiciens pressent à leurs frais cet unique simple sur étiquette Musiko avant de se renommer Les Snobs et poursuivre leur carrière sous ce nom. Un des rares exemples de pressages privés pour des groupes québécois des années 60, avec Les Pyramides (ex-Les Stellairs) et Les Valliants.

Les Sinners – Hymne à Zoé (Rusticana; 1967)

Une der nière photo des Stratones en bonus!

Une der nière photo des Stratones en bonus!

Partagez

10 Commentaires

sur le site lesgroupesdelabeauce.blogspot, il est question de “l’après Paskal & les Seigneurs”.

Merci beaucoup Robert. J’avais complètement oublié cette page, bien visé! J’ai ajouté les infos/photo. Tâchons d’en apporendre d’avantage au sujet du groupe maintenant…

Excellent cette mission, moi qui collection les groupe de garage québécois, j’ai découvert quelques morceaus que je connaissais pas. Merci les gars.

Laurent
Les BOF!

Merci de nous syntoniser Laurent et je crois parler pour Michel aussi en clamant que nous adorons Les Bof!

Bonjour, j’étais le bassiste pour Paskal et Les Seigneurs et le pourquoi il y a eu 300 45 tours vendus c’est ce que cela prenait pour payer le studio d’enregistrement de Lévis, P,Q et aussi que le groupe se disolvait pour devenir seulement Les Seigneurs à la suite d’une mauvaise entente avec le gérant du groupe (Réjean Rancourt) et l’organiste (Émilien Bergeron) et le chanteur (Ghislain Grenier). Si vous avez des questions vous pouvez me joindre à mon e-mail. À bientôt Rennal Doyon

Bien content de vous retrouver! Je viens de vous écrire.

salut, récemment je visionnais certaines pages du site et j’ai vu une version de OH NON par un groupe que je ne connais pas. Peux-tu me resituer?

Bonjour Serge. Je me souviens de la versions des Intimes, celle des Mousses (à Jeunesse Oblige seulement, pas de 45 tours), celle du trompétiste Réal Pillon… j’en oublies?

Un petit détail, mon nom prend deux l. Merci

C’est corrigé!

Laissez un commentaire