p_vedettes_121969_JeanneMadelein

Photo Vedettes, décembre 1969.

Aujourd’hui, vous aurez droit à quelques précieuses sélections dans le registre de la pop harmonieuse, aussi qualifiée d’harmony pop ou sunshine pop avec quelques effluves de barbershop quartet… bref des couches et des couches de belles voix! Bonne écoute!

PUBLICITÉ Bob Hahn – Sportman Cigarette (196?)

Relax… ENJOY.. you’re in Sportman’s Country!

Les Bel Canto – Achète un billet (Barclay; décembre 1968)

Une formation au riche catalogue pop avec des perles d’arrangements baroques, symphoniques.. assez aventureux merci! Tous leurs albums sont chaudement recommandés et cette chanson était d’ailleurs incluse sur leur album Coui-Coui.

DSC_0900

Joyce & Bob Hahn, 1946.

Joyce & Bob Hahn.

The Morrow Men – This lonely town (1967)

Une douceur enveloppante qui rappellera par moments le travail de Lee Hazelwood.

Joyce Hahn – Girls & boys (Columbia; 1967)

Face B du dernier simple de la soeur de l’orchestrateur Bob Hahn, dans les sillons de Petula Clark.

Publicité – The Morrow Men – Ford motors (196?)

The Morrow Men – Another lonely day (1967)

Très similaire à la chanson This lonely town, ne serait-ce que par son introduction et la structure générale. La chanson sera aussi chantée par Joyce Hahn en face A de son simple Columbia de 1967, mais il semble bien que laversion des Morrow Men soit inédite!

Les Chœurs de Raymond Berthiaume – Petite fille je t’aime (Barclay; 1969)

Si musicalement Bob Hahn et les chanteurs de la troupe d’Art Morrow accaparaient déjà une bonne part du marché publicitaire québécois, il ne faudrait pas négliger la contribution de Raymond Berthiaume et ses Choeurs. On reconnait ces chanteurs sur de nombreuses ritournelles publicitaires dans les années 60-70. Pour leur dernier long jeu, les choeurs enregistreront un album complet en hommage à une autre formation québécoise.. Les Bel Canto! Une pop aux accents baroque, par moments dépouillée, avec de riches harmonies…

raymondberthiaume1

The Sceptres – Twelfth dream (Polydor / Pacemaker; 1968 / 2014)

Un titre inédit pour le quatuor pop de Pointe-Claire, tiré de leur anthologie CD publiée sur l’étiquette Pacemaker en 2014. Composé par Neil Sheppard, ce titre n’est pas sans rappeler son travail au sein du Brill Building de New-York et semble faire écho au son des Tokens, des Vogues ou bien des Four Seasons. Pour boucler la boucle, le producteur exécutif sur ce simple n’était nul autre que… Bob Hahn!

PUBLICITÉ – Bob Hahn – Miss Mew (196?)

The Jaybees – Unbelievable (RCA; décembre 1966)

8e simple pour la populaire formation montréalaise, autrefois connue sous le nom JB & the Playboys, toujours fidèle à leur approche qui doit beaucoup au son du merseybeat.

T_R_Monde_091971_Gauloizes

Télé-Radio Monde, septembre 1971. Source: Monsieur Jeff.

 Hedwidge – Le nouveau monde (Barclay; décembre 1973)

Dernier simple envoutant du trio montréalais formé de Liette Marsolais et des soeurs Michelle & Danielle Rinfret. Elles chantaient dès 1967 dans les boîtes à chansons en reprenant des chansons de Michel Conte et Clémence Desrochers. Stéphane Venne les remarque et produit bientôt 3 simples pour elles sous le nom… Les Gauloizes. Les musiciennes y signent paroles/musique. En 1974, pour une raison qui m’échappe, les musiciennes choisissent un nouveau nom plus mystérieux: Hedwidge (un village du Lac St-Jean).

Amper_45BAmper – Comme (RCA; 1972)

Délicate chanson baroque pop mélancolique enfouie en face B du premier simple pour le duo formé de Claude Amesse et Claude Perrier. Amesse est un auteur-compositeur qui fait ses premiers pas sur disque à la fin des années 60 dans les Comtes Harbourg avec un jeune Serge Fiori. De nos jours, on retient surtout le nom d’Amesse pour les paroles anglaises du plus grans succès musical de l’histoire du cirque du Soleil: la chanson Alégria.

Jeanne & Madeleine – Pourquoi les enfants (Capitol; 1969)

Les jumelles Jeanne & Madeline De Santis n’ont produit que deux 45 tours pour l’étiquette Capitol, chacun offrant des compositions des deux soeurs et d’une troisième, Diane. Elles avaient été formées notamment à l’atelier d’art dramatique de Paul Buissoneau avant d’être remarquées par le producteur Pierre Dubord lors d’une prestation au cabaret Chez Clairette. Le duo aurait chanté à au moins une reprise au Lautrec Chaud en novembre ou décembre 1969: un bon défi pour nos auditeurs archivistes!

Les Boogaloos – Blanc petit oiseau blanc (Grand Prix; 1971)

Avant dernier simple pour la formation Les Miladys qui avec la colalboration de Raymond Berthiaume publie un unique 45 tours sous le nom Les Boogaloos. Blanc petit oiseau blanc est une adaptation d’un succès pop de la formation montréalaise The Bells, Fly little white dove.

Raymond Berthiaume – Un monde avec toi (Vedettes; 1968)

Adaptation à succès d’un titre de Sinatra (The world we knew) pour le velvet fog du Québec.

Partagez

2 Commentaires

Merci Sébastien pour cette excellente compilation “sunshine pop”. La pièce de Amper “Comme” me fait penser à Sagittarius avec Curt Boettcher. Tu m’as aussi découvrir qu’il y avait un autre groupe vocal que celui de Raymond Berthiaume, The Morrow Men.

Merci Gilles! En effet, ça se rapproche du son de Boettcher. Il y a d’autres titres des Morrow Men quelque part sur un disque de Transcription de Radio-Canada, avec Nick Ayoub de l’autre côté si je ne m’abuse…

Encore merci pour ton cadeau lors de la Foire du Disque! ; )

Laissez un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.