Pax Hominis.. en phase avec notre spéciale pop psychédélique!

Quand ça bourdonne à l’occiput et que vos yeux ne peuvent en croire vos oreilles, c’est que Mondo PQ vient de vous refiler son meilleur tabac d’orchestre ! Faites brûler l’encens, on décolle. Bonne écoute!

Patof chez les p’tits hommes verts (extrait; Patof/Campus; 29 octobre 1972)

Pax Hominis – Ça tourne (Astro-Pop; 1969)

Le duo était formé de Sally Courtney & Pierre Lamothe. Deux simples seraient pressés, sur Astro-Pop puis Astra, tous deux avec la même face A : Ça tourne. Cette première version offre un refrain intensément déphasé, un effet psychédélique absent du second pressage.

Le Clan 91 – Le voyage (Franco-Élite; 1968)

Avec Les Odds ou La 5e Dimension, ce groupe de Québec constitué en 1966 était l’un des plus ouvertement psychédéliques de la région! Le clan était constitué de Jean Chassé, Yves Tardif, René Lafontaine, Gaétan Rochette et André DeVito. Consultez la courte bio du groupe, disponible sur le blogue « La mémoire retrouvée ». DeVito serait plus tard le guitariste du groupe prog-rock Ungava.

Le rarissime pressage hollandais des montréalais Rings & Things.

Rings & Things – Strange things are happening (TRAX; 1968)

Groupe de Montréal produit par Martin Martin. Un rarissime pressage hollandais existe sur Fontana de leur unique simple. Compilé pour la série Rubble dans les années 80, ce titre inspirera même le nom du fanzine « Strange things are happening ».

The British North American Act – Corduroy coat (Now; 1968)

Le groupe prend forme en 1968 autour d’Andy Bator, né en Hongrie (orgue, piano), Bob Allen, né à Montréal (lead guitare), Dave McCall, né dans le Suffolk, en Angleterre (batterie), Rick Elger, originaire de Liverpool (guitare rythmique, harmonica et chanteur) et Kirk Armstrong, né à Montréal (basse). Un des albums les plus rares du Québec (850$), une production de Brian Chater qui plusieurs années après découvrirait… Bryan Adams.

Angelo & Eighteen – 2 flight 2 (RAK; 1972)

Cette composition de Tate/Finaldi fut produite par nul autre que Mickie Most et uniquement lancée en Angleterre!

parojoma

Parojoma – And on the seventh day, destruction was created (London; 1971)

Produit par Ben Kaye (gérant des Classels) & Art Phillips. Le groupe serait de Montréal (selon André Gibeault ou Vernon Johnson – Dreams, Fantasies & Nightmares ) et n’a produit que ce simple. Vous avez fait partie du groupe? Écrivez-nous!

Publicité Wonder Bra (1968)

William D. Fisher – You (Trans-Canada; 1972)

Groupe de la region de Québec qui démare vers 1966. On le connaîtra sous le nom South Gate 24 avant qu’on opte pour WD Fisher, un nom inspiré par un personnage colonial fictif. Au moment de l’enregistrement, le groupe était composé de Gilles Laverdière (basse), Bob Létourneau (chant), René Laurendeau (batterie), Guy Desrochers (guitare) et Serge Perrault (orgue, piano, clavinet, chant). Le groupe était géré par Pierre Gravel (agence PG de Granby) et produit par nul autre que René Letarte (Les Bel-Canto). On note des influences progressives et légèrement jazzées et des mouvances près du son Bosstown (Ultimate Spinach, Freeborne). On perd leur trace passé 1972; qu’êtes-vous devenus messieurs?

Eric – Les P’tits Imbault (PAX; 1971)

Saute la clôture, tes culottes sont trop longues! Cette production de Denis Lepage étonne par ses changements de cadences et l’aspect ludique des paroles. Selon toutes vraisemblances, Eric St-Pierre (ex-Éric & les Gamins) met en chanson les péripéties de jeunes enfants (les Imbault?) s’amusant dans la cour. Vous, vous entendez quoi?

Réal Barrette – Nounoune t’en fais trop (Avril; 1968)

Chansonnier beatnick et véritable électron libre de la fin des années 60. Professeur d’anglais au CEGEP Louis-Riel (dans Rosemont). Quelques-uns de ses élèves nous ont écrit : enseigne l’anglais en utilisant les chansons des Beatles et même ses propres compositions interprétées frénétiquement au bouzouki! Si vous pouvez nous aider à le retracer, n’hésitez pas à nous écrire.

Gene Williams – Je suis un scaphandrier (Jupiter; 1967)

Anciennement de Gene & the G-Notes (2 albums exploito-Beatles publiés simultanément à ceux des Fab Four en amérique), ce guitariste de Donald Lautrec (65-68) gravera son premier album solo en 1967. Son simple Nicole/Tu cours les idoles aura un succès moyen. Je suis un scaphandrier, extrait de son album éponyme est de loin sa composition la plus éthérée. Entendez-vous son clin d’œil à For what it’s worth du Buffalo Spingfield?

Partagez

3 Commentaires

where is the speciale pop psychedelique emission?

it has been taken over by La Noel!

errrrrrrrrrrggghhhhhhh!

Ooops! Wrong file.. The player should be OK now. Have a listen.

thank you Sebastien,

and a happy Christmas to you and your lovely lady friend

Laissez un commentaire