Kiowarini (extrait du magazine Perspective).

Kiowarini (extrait du magazine Perspective).

Aujourd’hui, on exerce aujourd’hui notre droit de vote.. en chansons! On souligne la fin d’une trop looooooongue campagne électorale avec une heure de chansons pour la nation -ses défis comme ses défauts- qui vous résonneront en tête jusqu’à l’isoloire! Bonne écoute!

Appel à tous : En prévision d’une future édition, nous souhaitons cataloguer différentes chansons engagées… de DROITE! Des hymnes pour l’Union Nationale, un p’tit rock pour les Créditistes… ça doit bien exister! Si vous avez du bon stock, écrivez-nous!

lunissonL’Unisson – Je te remplace (Spectrum; mars 1974)

Fort possiblement un duo dans les sillons des Karrik, formé d’on-ne-sait-qui! Les crédits de compositions vont à Roger Magnan, E. Bouchard (le chansonnier Étienne Bouchard?) et un certain L. Chartier. Le 45 tours est orchestré par Richard Grégoire (qui a notamment écrit plusieurs musiques de films et de série télévisées dont… Les filles de Caleb).

Gilles Vigneault – Mon pays II (Columbia; 1969)

Extrait de son album Les voyageurs, mais aussi d’abord pressé en France quelques mois plus tôt sur l’album Le Nord du Nord. Moins une relecture qu’une suite au plus grand succès de l’artiste… qui brasse ben plus que vous l’imaginez!

The Rockers – I walked for a nation (RCA ; 1980)

Cette adaptation anglophone pour cet hymne nationaliste –peu importe ce qu’en dise Pag!- a été publiée en 45 tours (Spectrum;1970), mais aussi incluse sur le rarissime album The Rockers. À ne pas confondre avec l’album du même titre (pochette noire matte) publié vers 1974, The Rockers est un album uniquement pressé en France pendant l’exile de quelques années de Michel Pagliaro. L’ensemble sonne comme une prestation « live en studio » et offre des adaptations anglophones de titres du rockeur, contrairement à l’album Rockers qui proposait majoritairement des reprises de classiques du RnR.

INDICATIF – Jason Kenney & le multiculturalisme canadien

Tony Roman – Au Canada (R&B; 1971)

Composition de Guy Richer -le parolier, pas l’humoriste!- aussi chantée par un certain Pier Harrison (sur étiquette Évasion) dans une version franchement plus fignolée. La première version, celle d’un Roman légèrement émèché, est cruellement mixée, mais s’intensifie à merveille pour laisser place à une longue conclusion où l’interprète crache tout son fiel! La rare version de Harrison surclasse l’adaptation échevelée qu’en ferait simultannément Tony Roman (Au-Canada ; R&B; 1971). Merci à Claude Brindamour, auditeur de Québec, qui nous a initié il y a quelques années à cet obscure chanteur (aujourd’hui décédé)!

INDICATIF – Trudeau, fils de son père…

Christian Lavoie – Les marmots de Margot (Visa; 1970)

Cet animateur-vedette aux mille blagues et imitations pastichées commettera un unique simple ayant pour thème le personnage médiatique du jeune nouveau Premier Ministre du Canada, Pierre Elliot Trudeau. Cette ritournelle salée était l’oeuvre de Réal Barrette, sulfureux chansonnier marginal devenu auteur-compositeur. Bien que publié avant sa naissance, ce 45 tours peut être cité comme le premier à mentionner… Justin Trudeau. Lavoie se questionne: Que deviendra ce rejeton, né la veille des élections. Will he be federalist or Québécois séparatiste?

INDICATIF – Mélanie Joly et ses saucisses…

Les Sinners VS The Sinners – Go Go Trudeau (Jupiter/Trans-World; 1968/1969)

Deux groupes, deux versions! La chanson sera le dernier simple de la mouture 60’s du groupe montréalais LES Sinners, publiée en français et en anglais sur le même 45 Jupiter. Un groupe totalement différent d’Ottawa, THE Sinners, profitera de l’engouement pour la chanson et enregistrera sa propre version anglophone. Devant la confusion, LES Sinners poursuivront les musiciens ontariens et gagneront leur procès, réussissant à faire retirer le long jeu des bacs des disquaires. Comme quoi, des fois… le Québec peut avoir le dessus sur Ottawa!

L'album du groupe d'Ottawa... The Sinners.

L’album du groupe d’Ottawa… The Sinners.

paulineINDICATIF – Gilles Duceppe

Pauline Julien – Urba (Gamma; 1969)

Composition écologique du poète Gilbert Langevin et du musicien Jacques Perron (Vos Voisins). Langevin écrira tout un long jeu pour Julien : Comme je crie, Comme je chante (aka Pauline Julien chante Gilbert Langevin), un album pivot pour l’interprète qui graduellement fait place au rock dans son répertoire.

Jean Fortier – La Reine Araignée (Columbia; 1970)

INDICATIF – Harper.. Grosse, ti-magasin…

Kiowarini – Le cri de la Nation (Pirate; 1971)

Encore cette année, de faux débats comme celui du niquab ont pris le dessus sur de véritables et CRUCIAUX enjeux… Il a malheureusement peu été question par exemple des disparitions et meurtres de 1186 femmes autochtones canadiennes… Loin d’être des nations silencieuses, les amérindiens candiens méritent qu’on s’attardent d’avantage à leur cause.. à leur existence! François Vincent, surnommé «le Huron vagabon» (KioWarini), l’avait bien compris avec cette adaptation de Cherokee people.

Cousineau – Octobre au mois de mai (Polydor; 1972)

Avant dernier album du groupe autrefois connu comme duo: d’abord Les Alexandrins puis Luc & Lise et The Cousineau’s, toujours avec Luc Cousineau et Lise Vachon. Le temps de deux albums définitivement plus rock, ce sera simplement… Cousineau avec Red Mitchel (guitare), René Hébert (basse), Chris Castle (batterie) et Michel Séguin (congas).

Partagez

2 Commentaires

Le 45 tours de l’Unisson est paru en mars 1974

Merci pour la précision! C’est du Spectrum plutôt.. tardif.

Laissez un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.