hardrock_BLANCVoici la 4e édition de notre Spéciale Province du Hard Rock et cette fois-ci nous sommes curieusement dans l’actualité puisque nous recevons l’auteur Félix B. Desfossés pour discuter de son nouvel ouvrage L’évolution du métal québécois – No speed limit 1964-1989 aux éditions du Quartz. Soulignons que jusqu’à aujourd’hui, l’histoire du genre métal au Québec n’avait jamais fait l’objet d’une analyse « grand public ». Les métalleux, enthousiastes et fidèles, l’attendaient depuis longtemps… Ce colossal ouvrage s’impose déjà comme une référence et, pruev de son succès, on annonce déjà un second tirage. Bravo!

Revenons donc en arrière avec quelques précurseurs dans la veine hard rock et glam rock qui n’hésitaient pas à casser la baraque. Nous sommes toujours à la recherche d’informations supplémentaires à propos des groupes Novak et Axe. Si vous êtes un ancien membre de ces formations ou détenez des informations privilégiées à leur sujet, contactez-nous! Les fans de hard rock québécois pourront aussi se rincer les oreilels dans l’une de nos trois éditions thématiques précédentes. Devil… et bonne écoute!

Si vous carburez au Hard Rock, on vous invite à découvrir nos 3 précédantes éditions spéciales «Province du Hard Rock» ici, pis icitte! Au menu, comme toujours: des raretés, des titres qui déchirent et des hymnes incontournables!

Félix B. Desfossés.

Félix B. Desfossés.

NovakNovak – M.C. Thème du motard (Novak, 1980)

Y’aurait-il un lien de parenté entre le groupe et l’étiquette Novak et le chansonnier Pierre Rochette? Possible! Rochette a enregistré un album (Chante le Vieux Montréal ). Il publierait par la suite en 1979 un 45 tours où les crédits de compositions sont attribués à Novak… qu’on retrouve avec un pressage privé similaire l’année suivante. Le groupe était de la région de Charlevois, spécifiquement de Cap-à-l’Aigle (aujourd’hui La Malbaie).

Les Frères Brosses – Même Chose – extrait (Bobinason; 1979)

Introduction coup-de-poing au pastiche d’Aut’Chose par le surréaliste duo formé de Robert Morissette et Jean-Pierre Alonzo sur leur unique album Un opéra Cric Crac Rock!

Offenbach – La marche de Peanut (Barclay; 1973)

Extrait de la bande sonore que le groupe enregistra pour le film de Pierre Harel, Bulldozer. Les albums Bulldozer & Saint-Chrone-de-Néant ont tous deux été réédités chez Prog Québec en 2008.

Michel Pagliaro – Revolver Bang Bang (RCA; septembre 1972)

Un des artistes ayant le plus contribué à l’identité rock québécoise: son catalogue est aussi énorme qu’essentiel. Extrait de l’album Pag, son 4e album en solo, qui contenait déjà les succès J’entends frapper, Fou de toi ou Prisonniers d’enfer.

ckgmband_popsmerrily_big

Pops Merrily.

Charlee – Wheel of fortune (RCA; 1972)

Malgré ses contributions à Influence, Charlee, de nombreux artistes et une longue carrière en solo, Walter Rossi demeure aujourd’hui un guitar hero tristement méconnu des québécois. Trois pressages vyniles et une édition 8-pistes existent; celle-ci offrirait un titre qui n’est pas sur l’album… Quelqu’un peut confirmer?

Pops Merrily – Help me down (Aquarius; 1970)

Quatuor de Montréal avec Peter Suttherland, Lee Scouten, Peter Clark et Gary Mofet (futur guitariste d’April Wine plus tard dans les années 70). 3 simples à leur actif (Turned on to living/Girl’s there’s a better life + Hail to the king/Boy in jail) entre 1970 et 1972.

Danger – Métal Rock (Telson; 1977)

Exubérant groupe aux confins du glam rock, du punk et du proto-métal… Avec la présence remarquée de Paul “Polo” Belmar (Les Frères à Cheval).

AXEAxe – Roulez Roulez (RnR; mai 1985)

Une perle hard rock plutôt tardive… mais qui déchire! Duo montréalais (ou du Mont St-Grégoire, on ne sait trop) formé de Pier Bordelo et Mario Gagnon (qui signe les deux titres du 45). Bordelo co-signe à la même époque la majorité des titres de l’album Dernière minute (1985) et Les gitans reviennent toujours (1986) de Lucien Francoeur.

Apocalypse – Illusion (Rock; 1984)

Groupe de l’Estrie faisant ses débuts sur scène en 1976, avec Denis Martel, André Martel, Ghislain Robidas et Jacques Cloutier. Ce rarissime 45 tours offre deux chansons francophones tirées de leur cassette DÉMO. Denis Martel poursuivra en solo sous le pseudonyme Barbe Rousse. On en profite pour le remercier pour ce rarissime et percutant extrait de leur cassette démo.

DDT – Fais-moi passer la nuit (démo; 1981)

Une mondo primeur, gracieuseté de notre invité! Groupe de Magog dans les Cantons-de-l’Est, fort possiblement le premier à revendiquer l’étiquette « heavy metal » à l’époque.

D.D.T.

D.D.T.

Partagez

4 Commentaires

Superbe la nouvelle mise en page du site!
Il semble y avoir deux Pierre Rochette. Le premier est né en 1949 à La Tuque. Il a étudié au Collège Jean-de-Brébeuf à Montréal (son père, ruiné, l’avait confié aux Pères du collège) où il a formé le groupe folklorique Les Contretemps (1970-1972). Il est ensuite animateur à la boite à chansons Le Saint-Vincent dans le Vieux-Montréal (1972-1975). Il fonde en 1974 Aux Deux Pierrots, toujours dans le Vieux (d’où l’album “Chante le Vieux-Montréal”). Puis il s’est produit avec sa guitare et divers comparses dans toutes les régions du Québec. Établi à Val-David (où il fut conseiller municipal), il décide vers 1999 de tout abandonner et de se consacrer à la lecture et à la recherche du sens de la vie en ermite. On a tourné un documentaire sur ce personnage singulier à la barbe blanche.
L’autre Pierre Rochette a à peu près le même âge. Il a appris la guitare à 16 ans et a formé un groupe rock en Nouvelle-Écosse où il demeurait. Il a fait partie au début des années 1980 du groupe Novak puis est devenu journaliste et photographe pour l’hebdo Plein-Jour dans Charlevoix. Il a publié en 2001 un nouvel album (“Liberté”) et a continué son métier de journaliste et photographe qu’il pratiquait toujours en 2014. J’ai des photos des deux si cela t’intéresse.

Petite correction en ce qui concerne le Pierre Rochette des boites à chansons. C’est en 2007 qu’il a tout abandonné pour réaliser son rêve de liberté sur les routes.

A propos d’April Wine,coté hard rock,j’aurais suggéré leur album Electric Jewels,la piece Cat’s Claw en particulier,plus sombre…
Ca a fait plaisir de voir Felix a Tout le monde en parle -tres curieux de voir les invités rigoler pendant les extraits musicaux de Voivod…

Merci. On reviendra inévitablement à April Wine dans le futur… leur impact sur la scène montréalaise est indéniable.

Laissez un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.