14 septembre 2014 : Bubblegum P.Q.

Publié par Sebastien le septembre 15, 2014  |  1 commentaire

e_vedettes_10121969_LouvainPlayb

Michel Louvain et ses Bunnies! (Écho Vedettes, 10 décembre 1969)

Vous avez la dent sucrée? La prochaine heure est pour vous! Explorons ensemble l’évolution de la pop bubblegum au Québec avec quelques reprises de rigueur et de rares compositions originales. And if you happen to be an ex-member of CTV’s KidStuff, please get in touch and share your memories of the show and album. Bonne écoute!

Le Cabinet – Ne lui dis plus rien (Télédisc; 1967)

Simple doublement pressé, d’abord sur Télédisc pour le groupe Le Cabinet puis repris par Les Corvettes sur Sonore. Les versions sont identiques en tout point, seul le nom du groupe change… Adaptation de Tell it to the rain par Frankie Valli & the Four Seasons, arrangée par Yves Martin.

Gilles_AcétateVOLT copy2Gilles Brown – Ne t’en fais pas (Acétate Volt inédite; 1969)

Face B différente de celle proposée pour le 45 tours Volt du chanteur François-Xavier, un pseudonyme pour Gilles Brown. Notre auditeur Daniel Dicaire a identifié avec succès cette reprise des Four Seasons, Let’s hang on!

Les Kangourous – Nous sommes les Kangourous (Élite;1969)

Projet parallèle de Jean-Pierre Ruel & Georges Thurston, tous deux du 25e Régiment. Les Kangourous (à ne pas confondre avec l’autre groupe, la formation 3 Sharpe Quartet qui avait changé de nom en 1963 pour Les Kangourous) était si je ne m’abuse le titre d’une nouvelle émission jeunesse annoncée à l’époque, mais qui ne vit probablement jamais le jour (tous comme celle annoncée pour Les Lunours à la même époque).

François Vaillant – Poupée de chiffon (RCA; 1970?)

Composition originale de Vaillant, orchestrée par Michel Bigué. La chanson sera reprise peu de temps après par Michel Pillon.

Les Termites avec Serge Turbide (extrait du site Web du chanteur). Visez-moi ces instruments en forme de larves!

Les Termites avec Serge Turbide (extrait du site Web du chanteur). Visez-moi ces instruments en forme de larves!

Serges Turbide – La petite Loulou (Grand-Prix; 1969)

Le chanteur aux jambes de caoutchouc! Arrangements et production du tandem Yves Vincent & Yves Martin. Cette reprise de Down at Lulu’s du Ohio Express était absente de l’unique album de Turbide. Visitez son site Web.

Les Chanceliers – Hermenegylde Godefroy (Citation; 1968)

Composition du tandem André Parenteau & Michel Pagliaro, légèrement sous l’influence du bubblegum. Bien que Pagliaro ait fait partie du groupe et contribué largement à sa popularité, il ne faisait plus partie des Chanceliers au moment de la publication de cet ultime 45 tours. Le quatuor était alors formé de Pierre Martin, Richard Lasnier (l’ex-Merseys remplace Pagliaro qui avait quitté plus tôt), André Parenteau (Vos Voisins) & Gilles Brière.

steveRobert Vimont – Ma Scoubidou (Cycles-2000, 1969)

Version québécoise de Feeling so good (S.K.O.O.B.Y. D.O.O.) des Archies, un simple de 1968 composé par le montréalais Andy Kim (auteur de Sugar, sugar pour le même groupe). De son vrai nom, Robert Ménard, cet ex-membre du quatuor vocal Les Tear Drops volera en solo dès 1965.

Steve Fiset – Chewy Chewy (Jupiter; 1969)

Adaptation du tube du Ohio Express, orchestrée par Roger Gravel, tirée du premier album du chanteur (Steve).

KidStuff – Spaceship Earth (Rising; 1975)

KidStuff – I can make music (Rising; 1975)

Un exemple parfait de la seconde vague de musique buibblegum au milieu des années 70! Voici la bande sonore de cette émission jeunesse qui fut en ondes sur CFCF / CTV de 1975 à 1979, tous les samedis matin. On y retrouvait 4 enfants – Harry Coates, Catherine Cornell, Suzin Schiff & Doug Springall – qui évoluaient dans un décor de géants et… chantaient!

kidcibl

Toutes ces compositions redoutablement efficaces étaient signées Cliff Jones & Bill Hartley. Une impressionnante équipe de musiciens soutenaient l’ensemble: Dick Strenstorm (claviers; The Power Of Beckett ), Richard Provencal (batterie; Walter Boudreau + 3), Vic Angelilo (basse), John Capek (synthé; prolifique auteur-compositeur et futur Directeur du Panthéon des Auteurs-Compositeurs canadiens), Pierre Girard (guitare; ex-Les Impairs), Marcel Beauchamp (guitare élec., Charlebois/VEBB), Richard Ring (un des plus grands guitaristes jazz canadiens). Non mais..! L’album accompagnant la série fut pressé sur l’étiquette montréalais Rising, gérée par le producteur Bob Hahn (1975-1977; 6 LPs, 18 simples). Appel à tous les archivistes: retrouvez-nous de meilleurs extraits que les rares qui sont déjà partagés sur youtube. On adorerait voir et entendre ces enfants chanter!

Catégories: Archives  |  Étiquettes: , , , , , , , , , ,  |  1 commentaire

7 septembre 2014: (re)Mondo P.Q.

Publié par Sebastien le septembre 8, 2014  |  6 commentaires

Cléo-Mo & les Pieds Fous

Cléo-Mo & les Pieds Fous

On ne vous le cachera pas: on a un plaisir fou à déterrer les reprises et adaptations québécoises les plus inusitées. Alors que nous misons le plus souvent sur des compositions originales afin de partager avec vous toute la richesse de notre terroir, on se dit qu’il n’y a pas de mal à louanger quelques adaptations méconnues qui ne manquent pas d’audace! C’est toujours pertinent de découvrir quels sons influençaient nos artistes. Si vous êtes du lot ou que vous reconnaissez un musicien parmi ces sélections, écrivez-nous ou laissez un commentaire au bas de cette balado. Et maintenant… place aux succès des autres… par des artistes d’icitte. Bonne écoute!

Les Pieds Fous - 1967 copyCléo-Mo & les Pieds Fous – Stagger Lee (Beaumont; 1966)

Reprise du hit de 1960 par Lloyd Price d’après un chant traditionnel qui racontait l’histoire d’un proxénète. Le groupe prit forme au départ de Maurice Bélanger du groupe César & les Romains. Il adoptera le surnom Mo et recrutera Diane Lavoie (Cléo) et les Pieds Fous : Claude Franche, Roger Bureau, Doug Marshall & Joe Scawsky. Après leur premier simple, Cléo & Mo ainsi que Les Pieds Fous feront bande à part sur leurs propres simples de 1967. Le groupe mis de l’avant des instruments fort originaux, basses et guitares.. en forme de pieds!

The Baronets – Mine all mine (Vee-Jay; 1965)

Cette version anglaise de Je suis fou, un tube pour le trio à l’été 1965 est le résultat d’une visite à New York. Suivant le succès de leurs premiers simples, on tenta le marché américain en signant le trio chez Vee-Jay pour cet unique 45 tours en anglais avec un nouvel accompagnement. Mine all mine fut à l’origine publié par son auteur Al Kasha en mars 1964.

THEBaronetsBLEUJonatthan – (Apex; 1969)

Qui es-tu Jonathan? Le crédit de composition attribué à Jo Stafford jusqu’à ce que le mélomane Patrick Martin et même Mimi la twisteuse me viennent en aide : il fallait lire Joe Stafford Jr et ne pas le confondre avec Jo Stafford, la chanteuse populaire des années 40 à 60. Logique! Notre mystérieux chanteur reprend donc un succès du Joe Jeffrey Group , My pledge of love…

Les Dandys – Sucre noir (Polydor; 1969)

Reprise de Carpet Man des américains du Fifth Dimension. Le groupe était composé de franco-ontariens (Claire du Bac, Roger Perreault, Bob Morandin etIde Kelnek) qui publièrent 3 simples au Québec sur Caravelle puis ultimement sur Polydor.

Les Sound Track – Tout ces gens n’ont pas raison (Bel-Air; 1969)

Le dernier de leurs deux simples, une reprise de Honky Tonk Woman des Rolling Stones. Ce power trio de Grand-Mère, près de Shawinigan, était composé de Daniel Hubert (guitare), Pat Nermath (batterie) et Roger Hubert (basse). On aimerait bien s’entretenir de nouveau avec vous M. Hubert: écrivez-nous.

Georges Thurston – Madame Garou (Action; 1972)

Adaptation de Metal Guru du groupe T-Rex. Alors.. la bande à Marc Bolan a-t’elle visité le Québec, inspirant du coup Thurston? La réponse est… oui. Jean-Charles, disquaire au Rappel et Rorry Tremblay  de l’émission ETC Rock nous confirment:

Le groupe devait venir jouer avec feu Johnny Winter au printemps 1971 à Mtl mais la chicane a pogné entre les 2 égos et le show a été annulé (ce serait la faute de Johnny). C’est à l’époque du disque éponyme, le premier sous le nom de T-Rex. L’Année suivante, pour la tournée The Slider, T-Rex est venu avec les Doobie Brothers à l’aréna de… Pierrefonds le 7 septembre 1972.

Jocelyne – Crois-tu vraiment (Vedettes; 1968)

Adaptation signée Karo de cette chanson méconnue de Harry Nilsson, It’s been so long, tirée du premier album du chanteur, l’essentiel Pandemonium Shadow Show. Jocelyne (Esther Journo) est une chanteuse française qui après quelques EPs déménagea au Québec en 1967 le temps de quelques simples joliment orchestrés chez Vedettes. À ne pas confondre avec une autre chanteuse au nom similaire… Jocelyne Pascal, bien que celle-ci eut aussi publié quelques 45 tours sous son seul prénom.

 Revue_Danslevent2Donald & Pierre – Depuis qu’elle m’a quitté (Acétate inédite VOLT; 1969)

Adaptation de Holyday des Bee Gees (1967) du duo formé du bassiste Pierre Sidor & de l’organiste Donald Seward, anciennement de César & les Romains. Suivant la séparation des 4 Romains (sans Dino L’Espérance), le duo publie sur Canusa un premier 45 tours. Le second sera pressé sur Volt, leur nouvelle étiquette, et est plus difficile à retracer. Si la face A (S’aimer au grand jour ) correspond à ce qu’on retrouve sur l’acétate, la face B est totalement différente. Au lieu de C’était l’homme (simple Volt), on découvre cette reprise inédite des Bee Gees. M. Seward, votre témoignage nous importe! Si tout ceci vous rappelle quelques bons souvenirs, écrivez-nous.

Si vous ne le saviez pas, Donald Seward performe toujours occasionnellement avec une nouvelle mouture de son légendaire groupe! Les Romains ont repris du service.. avec un look impeccable, par Mercure!

Daniel Giraud – C’est un secret (Plaza; 1966)

Une des nombreuses adaptations québécoises de Sunshine Superman de Donovan (Jenny Rock, Les Vampires), possiblement une des premières en province. Giraud, comme d’autres chanteurs, fut à la barre de Jeunesse Oblige à Radio-Canada. On le verra aussi aux côté de Dominique Michel, Denyse Filiatrault et Dominic dans la revue musicale Dans le vent en 1965.

Jimmy Bond – Hot Pants (Trans-Canada; 1971)

Ici, on a droit à une reprise de la chanson funky du groupe américain Salvage, adaptée par Giulio Libano et Tony Cattachio. Vous la danserez! Lisez la fascinante bio de Bond sur le blogue Vente de Garage et découvrez sa surprenante discographie à saveur R&B.

Les Mykels – Short Fat Fanny (Select; 1966)

Sur leur 4e simple et leur seul en anglais, le groupe de Beloeil s’attaque au tube de 1957 de Larry Williams. Ne manquez ps la prochaine exposition du Musée du Rock’n’Roll du Québec en octobre 2014 qui présentera en primeur quelques rares artéfacts des Mykels et d’une foule d’autres groupe!s et artistes solo de 1964 à 1968!

Les Mykels sur la scène de l'Escapade de St-Hyacinthe.

Les Mykels sur la scène de l’Escapade de St-Hyacinthe.

Catégories: Archives  |  Étiquettes: , , , , , , , , , ,  |  6 commentaires

31 août 2014 – Montréal, la nuit. Avec notre invité Simon M. Leclerc.

Publié par Sebastien le septembre 1, 2014  |  2 commentaires

montrealanuit_blog

Nouvelle saison, nouveaux défis! Après notre pause estivale à arpenter les disquaires de la province, il fait bon revenir à Montréal et célébrer la ville en chansons. Avouons-le, la métropole a eut son lot d’hommages musicaux à travers les décennies. La compilation Montréal en 28 chansons (Disques XXI; 2006) en avait d’ailleurs répertorié une bonne partie, allant même jusqu’à suggérer dans le livret l’accompagnant une liste informelle de presque tous les titres ayant évoqué la ville. La prochaine heure poursuit l’exploration, notamment du côté Jazz avec notre invité, le blogueur Simon M. Leclerc. Sur ses blogues, Psyquébélique et plus particulièrement La jazzthèque québécoise, ce dernier enquête sur les musiciens significatifs de cette mouvance et excave des oeuvres singulières trop souvent méconnues, voire négligées. Un service essentiel à mon humble avis… Sa récente série sur les nombreuses variations de la pièce Montréal la nuit a inspiré cette première édition de la saison.

Suivez la Jazzthèque québécoise sur Facebook, découvrez au passage la fascinante histoire du plus méconnu des standards jazz québécois et visionnez une rarissime vignette touristique sur le Montréal de 1934 dans le court-métrage Rhapsodie in two languages. Je tiens aussi à remercier Robert Thérien pour les quelques informations supplémentaires à propos du duo Ray Denis (Raymond Denis) et Moe B. (Maurice Bourbonnais), auteurs-compositeurs de la chanson Montréal la nuit. Bonne écoute! 

Simon M. Leclerc, la réédition japonaise de l'album The Montreal Scene et... un centurion non-identifié.

Simon M. Leclerc, la réédition japonaise de l’album The Montreal Scene et… un centurion non-identifié.

raydenis&moeb

Ray Denis & Moe B.

Ginette Reno – Campagne Pepsi 1971

Melchior Alias – Chu mnu en métro automatique (Capitol; 1969)

La Famille Casgrain – (Barclay; 1970)

Montreal – A summer’s night (Stormy Forest; 1970)

Le 25e Régiment – Crescent street (Élite; 1970)

Ovila B. Blais – Carré St-Louis-In (Canusa; 1969)

Vince Griffin – The lights of Montreal (RCA Camdem; octobre 1967)

Bob Hahn & Raymond Berthiaume – Moteur Lebeau (1965?)

Michel Como – Montréal la nuit (Carrousel; 1967)

Roger Gravel – Montréal la nuit (France-Canada/Rusticana; 1965)

Oscar Peterson – Place St-Henri (Limelight Records; 1964)

Jen Roger – Boulevard St-Laurent (RCA Victor; 1955)

Nick Ayoub Quintet – Montreal West (RCA Victor; 1964)

DSC_0371À propos de ces fantaisistes méconnus à l’origine de la chanson Montréal la nuit, l’historien Robert Thérien nous écrit:

Le duo était formé de Maurice Bourbonnière (organiste, interprète et comédien) et Raymond Denis (trompettiste, interprète et comédien). C’était un duo d’instrumentistes et de comédiens dans la tradition du burlesque. Ray Denis et Moe. B commencent à se produire ensemble vers 1954 dans les cabarets montréalais, notamment au Café Caprice. Alliant quelques pièces musicales à des sketches comiques à connotation sexuelle très en vogue dans les cabarets à cette époque, le duo connait ses premiers grands succès au début de 1957 alors qu’il se produit en vedette à la Casa Loma. Il devient très en demande dans les *cabarets, notamment au Café Domino, au Château Sainte-Rose et à l’Hôtel Ottawa (à Saint-Hyacinthe) en 1958, à la Casa Loma, au Black Orchid Casino et au Café de l’Est en 1959. Le duo s’est produit pendant une dizaine d’années essentiellement dans les cabarets. Raymond Denis a eu le vétéran humoriste Raymond Robert comme partenaire dans les années 1960.

Catégories: Archives  |  Étiquettes: , , , , , , , , , , , , , ,  |  2 commentaires

1er juin 2014: La dernière de Mimi la twisteuse en compagnie de Lyse & the Hot Kitchen!

Publié par Sebastien le juin 2, 2014  |  5 commentaires

mondo_groupshot

Toute une fin de saison! De gauche à droite: Rorry Tremblay (animateur de Etc. Rock), Mimi la twisteuse, Lyse Déjeuner, Sébastien Desrosiers, Arthur Cossette & Dave Dizon.

Notre saison 2013-2014 en aura été une des plus frénétiques depuis nos débuts radiophoniques en 2011, cumulant une foule d’entrevues et d’éditions spéciales déjantées! Cette 110e édition dans l’envers du rétro québécois aura été… la dernière en compagnie de Mimi la twisteuse qui a choisi de miser sur de nouveaux et palpitant projets, toujours en lien avec la valorisation du patrimoine musical québécois. Pour plus de détails, écoutez-la en discuter à la fin de notre balado. Si vous souhaitez contribuer quelques informations privilégiées pour préciser ses recherches, on vous invite à nous écrire ou à visiter notre page Facebook. Notez qu’elle collaborera occasionnellement à Mondo P.Q. lors de futures entrevues.

Pour clore cette saison palpitante, on a eu le bonheur et le privilège de recevoir en studio le trio western swing montréalais Lyse & the Hot Kitchen. Pour l’occasion, nous accueillions aussi quelques-uns de nos fidèles auditeurs: l’ambiance était à la fête! Lyse Déjeuner (chant, percussions), Dave Dixon (contrebasse) et le légendaire Arthur Cossette (guitare) ont interprété pour nous quelques titres de leur répertoire et ont invité Sébastien Desrosiers à se joindre à eux pour rescuciter La ballade du bûcheron, un 45 tours de 1968 du groupe Les Sinners qui n’avait pas été interprété depuis! Du gros fun sale! Plusieurs photos de l’événement vous attendent sur notre page Facebook.

Vous avez aimé leur prestation? Notez que le trio a produit un album (disponible sur bandcamp), qu’il planche sur un second opus et qu’il sera en spectacle à Montréal le 15 juin prochain au Quai des brumes. Ratez pas ça et suivez-les entre temps sur Facebook.

Maintenant, place aux vacances! Mondo P.Q. fera ainsi relâche durant l’été, mais sera de retour pour une 4e saison à la fin du mois d’août 2014. Bonne écoute… on se retrouve dans quelques semaines!

mondo_promo_juin2014b(1)

Catégories: Archives  |  Étiquettes: , , ,  |  5 commentaires

25 mai 2014: On est pas des Pepsi!

Publié par Sebastien le mai 26, 2014  |  5 commentaires

les_taches_invitation_45b

Invitation pour le lancement de l’album des Taches, à la veille d’une tournée avec le groupe Los Carayos (qui partage la face B de ce simple). Et oui… il joue!

On est pas des Pepsi! chantait Alain Jodoin des Sinners. Ça nous a interpelé! Aujourd’hui, nous explorons nos discothèques personnelles pour y découvrir de précieux coups-de-coeur, de rares offrandes et des hits qui ont drôlement bien vieilli. On boude pas notre plaisir. Bonne écoute!

denisebrousseau1970Denise Brousseau – Dim dam Ba di diya (Multicolore; juin 1970)

11e simple de cette chanteuse connue pour ses 45 tours plus yéyé et sa participation à la revue musicale Le Clan (1965). Sur ce 45 tours, Brousseau chante deux compositions de Stéphane Venne, aussi responsable des arrangements. Poupée de papier au revers serait un hit mineur à l’été 1970. Elle en publierait encore 2 avant son dernier en 1973.

Nicole Martin – Les femmes chantent (promo DJ; 1975)

Simple probablement enregistré pour coincider avec l’Année de la Femme. Le matricule semble confirmer. Arrangements de Jacques Crevier. Ce titre n’était pas inclus sur un album à l’époque et n’a jamais été compilé depuis. Deux pressages : domestique avec Dites-moi, dites-moi (aussi sur LP de 74) et en copie DJ (celle que nous avons).

nicolemartin1975

François Cousineau & Diane Dufresne

François Cousineau & Diane Dufresne

Diane Dufresne – Rock pour un gars d’bibyc’ (; 1972)

Composition du tandem François Cousineau et Luc Plamondon pour le 2e album de la chanteuse – À part de d’ça, j’me sens ben . Après de nombreuses collaborations à des bandes sonores de films du début 1970, l’excentrique chanteuse avait maintenant le vent dans les voiles suivant le succès L’homme de ma vie et Tiens-toi ben, j’arrive. Le guitariste qui électrifie la mélodie pour la voix stratosphérique de Dufresne n’est nul autre que Red Mitchell (ex-Goliath & les Philistins; Cousineau), un collaborateur qui accompagnerait la diva jusque dans les années 80.

Sharon Lynn – It’s too late (Blue Jean; 1967)

Chanteuse méconnue qui ne publia que cette rarissime composition originale sur l’étiquette de Denis Pantis. Questionné à ce sujet, le propriétaire des Disques Mérite précise : ce serait un joueur de hockey professionnel qui l’aurait référé à Denis Pantis. Anglophone, elle était originaire du rest of Canada. Qui nous en apprendra d’avantage à son sujet? Écrivez-nous!

161170747094Bill – As-tu du feu? (Célébration; 1981)

Demandez à quelqu’un aujourd’hui: As-tu du feu? La réponse ne se fera pas attendre: Non, mais j’ai du beurre de peanut! L’expression a habilement traversée les décennies et le groove original de ce succès du début des années 80 demeure aussi contagieux de nos jours! Après quelques projets plus obscures comme Johnny Pop, le duo Bill (avec Jean-François William et Serge Laporte) a produit deux albums qui méritent d’être redécouverts.

Le groupe Marc Bélanger – Discordes.. Disco pour cordes (Kébek Disques; 1975)

Bélanger, chef fondateur de l’Orchestre Symphonique de Drummondville, publie cet album au milieu des années 70, dans la mouvance des expérimentations d’autres violonnistes comme Dominique Tremblay ou Philippe Gagnon. Le groupe Marc Bélanger entend prouver que des instruments à cordes peuvent exercer dans le jazz ou le rock la même fonction que les cuivres ou les instruments rythmiques. Dans la musique pop, la tradition a voulu que les cordes s’en tiennent plutôt à un rôle de fond sonore soutenu… Frustré d’un tel « racisme », Bélanger utilise un violon électrique surnommé Vi-Tar, combinant les registres de l’alto et du violon et offrant de nouvelles possibilités quant aux effets et aux couleurs (notes de pochette).

artworks-000031096567-85ipzm-originalLes Taches – ShakaTwist (Les disques ISBA; 1987)

Le tube de 1987, gracieuseté du groupe formé de Daniel Jacob, Maxine Cocotte, Bertrand Legrand et Alain Karon. On remercie d’ailleurs Karon pour ses anecdotes et on vous invite à le suivre dans sa nouvelle aventure au sein duproejt «rockstep» Alain Karon’s Boogy Re:Bella!

Ovila – Duo Réflexion (Gamma; 1976)

Chanteur du groupe sherbrookois The Blue Men (pré-Mersey’s) puis électron libre et multi-instrumentiste de la scène underground 60s-70s. Participe à Hum, lance son propre simple (Carré St-Louis In), soutient Kiowarini, s’acoquine avec Clémence (C’est pas une revue c’t’un show), Alain Jodoin (ex-Merseys, sur son album Le Coq). Quel talent! On note de nouveau la présence deDenis Lepage et du guitariste Hovaness Hagopian (Moonquake; Les Rockers avec Pag).

Donald Lautrec – Cabine 2 Motel Jenny Rock (Rival; mars 1974)

Merci aux amis du site Le Parolier pour cet enregistrement. Simple méconnu de la période post-Fluffly du populaire chanteur, publié sur la microscopique étiquette Rival. Après son album Fluffly, on note un ralentissement au niveau des productions signées par le chanteur qui ne se consacrera qu’à quelques 45 tours pour le reste de la décennie. Écrite par S. Grenier (Serge ?), D. Lautrec et R. Séguin et produit par André Perry. Bien qu’accrocheur, Jenny Rock ne semble pas avoir trop apprécié cet « hommage »…

Les Sinners – J’suis pas un Pepsi (CBS; 1976)

Extrait accrocheur du dernier album plutôt conceptuel du groupe, Le chemin de croix de Jos Roy. Alain Jodoin et Jocelyne Berthiaume (aujourd’hui chez Disques Mérite) signent tous les textes pour cette mouture tardive des Sinners. Seul Louis Parizeau, Sinners de la première époque, demeure fidèle au poste alors que le groupe comprend à l’époque Richard Tate (batterie), Serge Blouin (basse), Daniel Valois (guitare), Claude Hétu & Serge Locas (claviers), Denis Violetti (guitare).

Marc Gélinas et Françoise Laflamme – C’est parce que (Marco; août 1969)

Sur des arrangements de Rod Tremblay, Gélinas et Laflamme embrasent ce 45 tours d’une histoire d’adultère plutôt surprenante! C’est cochon! Qui était cette Laflamme? Un pseudonyme pour Françoise Lemieux qui venait tout juste d’animer Du feu SVP à Radio-Canada? Vous le savez?

marcgelinas1969

Catégories: Archives  |  Étiquettes: , , , , , , , , , , , ,  |  5 commentaires
Page suivante  >>